L'entrepreneur chargé de gérer les matières amassées dans plusieurs écocentres de la région métropolitaine est accusé d'avoir jeté illégalement des montagnes de rebuts en Montérégie, a appris La Presse. En conséquence, il sera banni de tous les contrats publics. Seul problème : il se pourrait bien que certaines villes ne soient pas capables de se passer de lui.

VINCENT LAROUCHE LA PRESSE

Mario Landry et son entreprise Mélimax sont dans la ligne de mire du ministère de l'Environnement depuis longtemps. L'homme d'affaires qui exploite un centre de tri de matériaux secs à Châteauguay et un autre à Montréal est un des plus gros acteurs de l'industrie des débris de construction, rénovation et démolition dans la région.

Il gère l'écocentre de la Ville de Châteauguay et reçoit des millions en fonds publics de la Ville de Montréal pour prendre en charge des matériaux secs apportés par les citoyens et les entreprises aux écocentres de LaSalle et de Saint-Laurent, entre autres. Plusieurs autres municipalités de la Montérégie, dont Longueuil, font affaire avec lui pour ramasser les matières résiduelles non organiques dont les citoyens se débarrassent dans les écocentres, tels le bois, le métal, les appareils électroniques et les pneus.

Les centres de tri comme les siens ont pour mission de recycler ou revitaliser la majorité de la matière amenée aux écocentres, pour minimiser ce qui est envoyé à l'enfouissement.

« Danger grave »

En 2008, M. Landry a acheté une ancienne sablière à Godmanchester et il a demandé un permis pour la transformer en site d'enfouissement. Le Ministère a refusé son projet parce que le site est beaucoup trop perméable : tout contaminant jeté à cet endroit risque de s'infiltrer rapidement dans le sol et d'atteindre la nappe phréatique.

Malgré ce refus, des inspecteurs du Ministère ont constaté que l'ancienne sablière se remplissait de matières résiduelles à un rythme effréné au fil des ans : leurs rapports déposés en cour font état de débris de plastique, de métal, d'isolant, de bois, de polystyrène, de brique, de céramique, de tuyaux de PVP, de gypse, de bardeaux d'asphalte et de circuits électroniques, entre autres.

Lors du passage de La Presse hier, le site était recouvert d'une fine couche de neige. Mais une inspectrice qui s'y est rendue en automne y a décelé une odeur infecte rappelant le vomi, les oeufs pourris, le souffre, la cave humide et le gypse.

« On se bouche le nez, puis on ne veut pas rester là », précisait-elle dans un rapport que nous avons obtenu.

La nappe phréatique était menacée. Lors d'une des inspections, les fonctionnaires ont vu trois camions semi-remorques venus déverser des rebuts provenant d'un centre de tri Mélimax.

Après avoir reçu plusieurs avis de non-conformité, Mario Landry s'était engagé devant la cour à ne plus accepter de matières résiduelles sur son terrain de Godmanchester. Comme les rebus ont continué à s'accumuler, le Ministère a demandé qu'il soit cité pour outrage au tribunal (la cause n'a toujours pas été entendue).

Par ailleurs, La Presse a appris que le Ministère avait décerné quatre constats d'infraction à Mario Landry et ses entreprises l'automne dernier, pour divers manquements à la Loi sur la qualité de l'environnement. Les infractions sont reliées à l'accumulation de rebuts à Godmanchester et à la gestion des matières résiduelles à ses installations de Châteauguay. Il s'agit d'accusations pénales passibles de lourdes amendes.

Mario Landry conteste les prétentions du Ministère et a annoncé son intention de se défendre devant les tribunaux. Il prétend depuis des années que ce sont d'autres personnes qui sont venues déverser des matières résiduelles sur son terrain de Godmanchester. Il a vendu le terrain récemment, mais il s'est engagé quand même à nettoyer les lieux à ses frais, au coût de 2 millions de dollars, selon son avocate, Me Sophie Cardinal.

Liste noire

Mais le 7 janvier dernier, sans attendre que l'affaire soit tranchée devant les tribunaux, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a ajouté Mélimax et les autres entreprises de Mario Landry au Registre des entreprises non admissibles aux contrats publics. Sa présence sur cette liste noire interdit à tout organisme public, incluant les villes, de faire affaire avec lui.

Dans sa lettre obtenue par La Presse, l'AMF affirme que Mario Landry « élude les lois environnementales et la réglementation municipale de façon répétée ». 

Son comportement démontre un « manque d'intégrité », poursuit le document. L'AMF dit se baser sur le cas des rebuts accumulés à Godmanchester, mais aussi sur un autre site de Mélimax, à Saint-Constant, où des débris de construction et de démolition de toutes sortes s'accumulent en contravention avec les règlements municipaux (la Ville poursuit l'entreprise à ce sujet).

Encore là, Mario Landry affirme avoir déjà commencé à nettoyer le site, toujours à ses frais.

L'avocate Sophie Cardinal déplore que l'AMF n'ait pas laissé la chance à Mélimax et à Mario Landry de se défendre devant les tribunaux avant de les inscrire sur la liste noire.

« Ils devraient attendre qu'un juge se prononce, nous avons des cours de justice pour ça au Québec ! Mon client a une entreprise de 30 millions, il fait vivre plein d'employés, il a environs 9 millions de contrats avec des villes », déplore-t-elle.

Les villes prises au dépourvu

Au terme d'un délai de 60 jours, les Villes n'auront donc plus le droit de faire affaire avec Mélimax pour la collecte des matériaux secs dans les écocentres. Certaines n'ont aucune solution de rechange en vue.

À Châteauguay, le conseil municipal a adopté une résolution en vue de demander à Québec une exemption qui lui permettrait de continuer de faire affaire avec Mélimax, dont le service est jugé crucial.

« Il y a des conséquences importantes pour la Ville », se désole Marie-Claude Tremblay, porte-parole de la municipalité de 50 000 habitants.

À Montréal, on ignore encore ce qu'il adviendra au bout du délai de 60 jours. « La Ville étudie les alternatives en ce moment afin de pallier la situation », affirme la porte-parole Camille Bégin.

Même son de cloche à Longueuil. « On est en train de regarder les différentes options », confirme le porte-parole Louis-Pascal Cyr.

***

180 000 m2

Superficie des montagnes de matières résiduelles, selon une estimation de 2016. Elles constituaient un « danger grave pour l'environnement et la vie humaine », selon les rapports du Ministère déposés en cour. 

- Avec la collaboration de Kathleen Lévesque, La Presse

PHOTO DAVID BOILY, archives LA PRESSE

Des débris de construction et de démolition de toutes sortes s'accumulent sur un site de Mélimax à Saint-Constant, en contravention avec les règlements municipaux.