L'auteur d'une attaque au poivre de cayenne, qui a paralysé trois lignes de métro en pleine heure de pointe du matin, le 9 janvier dernier, a été condamné à un an de prison.

ISABELLE DUCAS LA PRESSE

Serge Panneton-Nadon, 38 ans, a plaidé coupable à trois des six accusations portées contre lui en lien avec l'incident, cette semaine au Palais de justice de Montréal.

Lors d'une altercation qui a dégénéré, à la station Champ-de-Mars, Panneton-Nadon a aspergé un autre homme de poivre de cayenne avant de prendre la fuite à bord du métro pour se rendre à Berri-UQAM. Il a été arrêté quelques jours plus tard.

Une quinzaine de personnes avaient été incommodées et la Société de transport de Montréal avait décidé d'interrompre la circulation de ses trains sur les trois lignes convergeant à Berri-UQAM pour éviter de répandre la substance irritante. L'incident avait fortement perturbé l'heure de pointe matinale.

Dès l'étape de son enquête sur remise en liberté, Serge Panneton-Nadon a plaidé coupable aux accusations de voies de fait, de possession d'une arme prohibée et de possession de drogue. Il a obtenu une absolution conditionnelle quant aux accusations d'avoir causé l'interruption du service du métro et à deux autres chefs en lien avec la possession d'armes.