Trois mois pour avoir de plus belles toilettes. Un mois pour corriger un problème d'infiltration d'eau. La réfection du chalet du parc La Fontaine à Montréal accumule les retards, ce qui fera augmenter la facture du projet d'un demi-million.

Mis à jour le 23 janv. 2019
PIERRE-ANDRÉ NORMANDIn LA PRESSE

L'administration Plante doit autoriser ce matin une dépense additionnelle de 570 000 $ pour le chantier de la réfection du chalet du parc La Fontaine. Le projet devrait ainsi coûter 4,5 millions.

Les travaux ont débuté en avril 2018 et devaient prendre fin le 30 novembre dernier. Le chantier a toutefois été perturbé par plusieurs retards, si bien qu'il ne sera pas terminé avant la mi-juin.

C'est l'apparence des toilettes situées au sous-sol du bâtiment qui explique le gros du retard dans les travaux. Au début du chantier, Montréal a mandaté une firme de design pour « revoir la proposition de finis dans les salles de toilette ».

Le temps qui a été nécessaire pour que les designers émettent leurs recommandations et pour que celles-ci soient analysées, puis intégrées aux plans par les architectes et ingénieurs a retardé le chantier de 95 jours. Il en coûtera ainsi 175 000 $ de plus.

Outre l'apparence des toilettes, un important problème d'infiltration d'eau a été découvert au sous-sol de l'édifice. La plomberie comportait aussi plusieurs lacunes qui n'avaient pas été détectées avant le lancement du chantier et qui ont dû être corrigées en cours de route. Ces écueils ont contribué à retarder les travaux d'un mois (34 jours) supplémentaire, pour une facture de 60 000 $.

Le chantier a aussi dû être suspendu à plusieurs occasions d'août à octobre dernier pour éviter de nuire aux activités se déroulant à l'Espace La Fontaine. La Ville avait en effet décidé de maintenir certaines activités pendant les travaux, mais il a été vite découvert que « le bruit et les vibrations étaient incompatibles avec les réservations de groupes ».

La Ville met aussi en cause un ingénieur en électricité pour des « erreurs et omissions » aux plans. Ces problèmes n'ont pas retardé les travaux, mais ils ont toutefois coûté 101 200 $ en dépenses additionnelles.

Montréal ajoute que plusieurs autres imprévus ont coûté au total 225 000 $, comme la découverte d'obstacles qui n'avaient pas été détectés ou l'isolation de conduites dénudées.

À noter, les élus du conseil municipal devront se prononcer sur cette dépense additionnelle. Les fonctionnaires préviennent que sans fonds supplémentaires, une partie des toilettes ne sera pas rénovée.