Les lecteurs automatiques de plaques d'immatriculation utilisés par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) rapportent plus de 5 millions par an en amendes impayées.

Mis à jour le 16 janv. 2019
PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN LA PRESSE

Satisfaite des résultats, la métropole a décidé de moderniser les 30 appareils équipant certaines voitures de patrouille.

La Ville de Montréal avait acheté en 2011 ces systèmes de reconnaissance qui permettent de lire automatiquement les plaques qui entrent dans leur champ de vision, que les véhicules soient stationnés ou en mouvement.

Leur logiciel arrivait toutefois en fin de vie, si bien que la métropole a décidé d'accorder un nouveau contrat pour poursuivre leur utilisation jusqu'en 2024. La firme Genetec recevra ainsi 657 000 $ pour mettre à jour et entretenir les appareils pour cinq ans. Montréal juge cette dépense acceptable compte tenu des revenus de plus de 5 millions par an que ce système génère.