Source ID:f8067a52bdd737cdb391ea8195719880; App Source:StoryBuilder

Coalition Montréal compte fermer boutique

Marvin Rotrand est l'unique élu du parti è... (Photo David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Marvin Rotrand est l'unique élu du parti è l'hôtel de ville de Montréal.

Photo David Boily, archives La Presse

Le parti Coalition Montréal a officiellement entrepris des démarches en vue de fermer boutique, a appris La Presse. L'unique élu de la formation à l'hôtel de ville, Marvin Rotrand, a avisé la métropole qu'il siégerait désormais comme indépendant au conseil municipal.

Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) a confirmé hier que la formation lui avait transmis des documents en vue du retrait de son autorisation d'exercer ses activités. En effet, tous les partis politiques doivent détenir une autorisation afin d'exister et de recueillir des dons, par exemple. Ils ne peuvent toutefois pas y renoncer simplement. Avant de fermer boutique, une formation doit produire certains documents, dont une copie de ses états financiers, avant que le DGEQ y consente.

La présidente de Coalition Montréal, Chantal Jorg, a préféré ne pas commenter pour le moment l'avenir du parti, disant qu'une annonce aurait lieu sous peu.

Le service du greffe de la Ville de Montréal a confirmé pour sa part que Marvin Rotrand, chef intérimaire de la formation, avait avisé par lettre qu'il siégerait désormais comme indépendant. Il n'a pas été possible hier de s'entretenir avec M. Rotrand.

Le parti Coalition Montréal avait été fondé en 2013 par le défunt homme d'affaires Marcel Côté, qui briguait alors la mairie de la métropole. Celui-ci avait convaincu Louise Harel et son parti Vision Montréal d'intégrer sa formation. Coalition Montréal était ainsi l'héritier politique du parti ayant longtemps dirigé Montréal sous Pierre Bourque, de 1994 à 2001.

Marcel Côté avait toutefois fait chou blanc, terminant quatrième aux élections de novembre 2013. C'est plutôt Denis Coderre qui était devenu maire à l'époque. Le parti Coalition Montréal était sorti de cette élection lourdement endetté, situation difficile dont il ne s'est jamais vraiment remis.

Impasse financière

Dans ses plus récents états financiers, la formation indiquait toujours traîner une dette de 315 000 $. Le comptable responsable de vérifier les états financiers du parti affirmait depuis plusieurs années avoir des doutes sur la survie de Coalition Montréal.

L'élu Marvin Rotrand avait pris la tête du parti de façon intérimaire. Déjà en juin 2017, il avait invité ses membres à se prononcer sur l'avenir de la formation. Il disait vouloir garder Coalition Montréal en vie pour donner une autre voix aux Montréalais que celles des deux principaux partis, soit Projet Montréal et Équipe Coderre, devenu depuis Ensemble Montréal. Les membres avaient décidé de tenter de nouveau leur chance aux élections de 2017.

Mais le dernier scrutin n'a pas davantage souri au parti. Son candidat à la mairie, Jean Fortier, s'était retiré de la course en milieu de campagne, si bien que la formation s'était retrouvée orpheline et avait fini par appuyer Valérie Plante. Un seul de la vingtaine de candidats avait été élu sous la bannière de Coalition Montréal, Marvin Rotrand.

L'été dernier, le parti avait lancé un appel à l'aide, disant se trouver dans une impasse financière. De nouvelles règles imposées par Québec interdisent désormais aux formations d'utiliser les subventions pour payer les intérêts sur leur dette. Marvin Rotrand avait alors de nouveau invité les membres à se prononcer sur l'avenir du parti. Le parti n'avait pas présenté de candidat aux deux élections partielles tenues en décembre dernier.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer