Montréal veut multiplier l’aménagement de saillies de trottoir au centre-ville dans la prochaine année afin de réduire le nombre d’accidents. Les trois quarts des collisions survenant aux intersections, il est crucial de sécuriser les rues, a expliqué la mairesse Valérie Plante en dévoilant les cibles d’un nouveau Plan local de déplacements (PLD), mercredi.

Sara Champagne
Sara Champagne La Presse

Au total, une centaine de saillies de trottoir devraient ainsi apparaître durant la prochaine année, ont annoncé conjointement Valérie Plante et la conseillère Sophie Mauzerolle. Des cols bleus seront entièrement dédiés à ces travaux. Ces aménagements permettent de dégager la visibilité aux intersections, empêchant par le fait même le stationnement des véhicules dans les 5 premiers mètres.

En mettant de l’avant cette mesure, l’administration de Valérie Plante a annoncé qu’elle donne à l’administration municipale 10 ans pour donner une « échelle humaine » au centre-ville de Montréal. À partir d’aujourd’hui, les limites de vitesse sont officiellement abaissées à 30 km/h dans les rues locales, et à 40 km/h pour certaines grandes artères.

Avenue Papineau

Selon des données mises à jour dans le PLD, les intersections où le nombre d’accidents est plus élevé demeurent à l’approche et à la sortie du pont Jacques-Cartier, secteur de l’avenue Papineau. L’intersection des boulevards René-Lévesque et Saint-Laurent, et plus à l’ouest, dans le secteur Concordia, enregistrent aussi des données peu enviables en matière d’accidents.

Transition écologique

En priorisant les piétons, le vélo et le transport collectif, la mairesse Valérie Plante estime que les nouvelles mesures du plan aideront Montréal à atteindre une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 55 %, d’ici 2030, tel qu’annoncé la semaine dernière, au Sommet sur le climat de l’ONU, tenu à New York.  

À ce chapitre, la Ville de Montréal parle d’implanter « une transition écologique » incitant à un changement des habitudes. À certains endroits, il est prévu de planter des arbres et d’enlever du stationnement.  

Prochainement, a dit Valérie Plante, des annonces seront faites pour sécuriser les rues d’Iberville et Frontenac, « un endroit extrêmement bruyant ». La mairesse répète que l’objectif n’est pas d’éliminer les automobiles, mais de réussir un meilleur partage de la route.  

« Si on veut améliorer la sécurité, il faut aussi augmenter nos options pour donner le goût aux gens de marcher, de prendre le vélo, d’utiliser le transport en commun », a résumé la mairesse.

Selon d’autres données mises à jour dans le plan, 90 000 résidents vivent au centre-ville de Montréal, et quelque 700 000 personnes y transitent chaque jour.  

Rectificatif
Dans une première version, nous écrivions que la limite de vitesse passerait à 40 km/h sur les grandes artères. Or, cette baisse ne touchera que certaines artères et exclut le boulevard René-Lévesque, où la limite restera à 50 km/h.