« Il faut en finir avec cette loi au plus sacrant », a tonné Charles Taylor, samedi, accueilli par une salve d’applaudissements.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Le philosophe était l’un des orateurs lors d’une manifestation contre la Loi sur la laïcité de l’État organisée par le Regroupement pour le droit d’enseigner pour toutes et tous. Plus de 200 de personnes ont participé au rassemblement dans Parc-Extension, la plupart portant un macaron « loi 21 » encerclé et frappé d’une barre rouge, en référence au nom du projet de loi avant son adoption.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Charles Taylor s'est adressé à la foule réunie devant la station de métro Parc.

Dalila Matoub, enseignante de maternelle voilée, était au nombre des participants. « Je me sens discriminée, comme femme, surtout, a dit celle qui compte 27 années de carrière, au Québec et en Algérie. C’est comme si on était mises en quarantaine pour ne pas contaminer les autres. »

Si l’enseignante peut continuer à porter son hijab en raison de la clause grand-père, elle déplore de perdre ce droit acquis si elle change de commission scolaire. « Mon intention était de passer [de la Commission scolaire de Montréal] à la commission scolaire de la Pointe-de-l’Île, je viens d’acheter une maison à Montréal-Nord, explique-t-elle. Il y a une école à cinq minutes, mais je suis condamnée à rester loin. »

Lui demander de choisir entre sa profession et son voile est aussi pire que d’obliger des femmes à porter le hijab, croit-elle.

Bouchera Chelbi, porte-parole du Regroupement pour le droit d’enseigner pour toutes et tous, est d’avis que la loi a transformé le climat social. « Pour moi, ça va, j’ai des collègues formidables, mais j’ai des amies dans d’autres écoles et le climat n’est pas si sain », a dit l’enseignante en anglais langue seconde. Elle fait partie d’un groupe de trois enseignantes – deux musulmanes et une catholique – qui ont lancé un recours juridique la semaine dernière, le deuxième à contester la loi.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Les femmes voilées n’étaient pas les seules présentes samedi dans la foule plutôt hétérogène.

« J’ai l’impression que les gens mélangent nationalisme et racisme », a dit Manon Girard. La femme de 53 ans, originaire du Saguenay et catholique, a toujours sa croix en or dans le cou, et s’opposerait à l’enlever si elle travaillait pour l’État. Elle tenait à manifester son opposition à la loi, même si elle n’est pas visée par elle.

Cindy Ouellet, elle, ne porte aucun signe religieux, mais se décrit comme une « alliée ». L’enseignante de français langue seconde voulait dénoncer ce qu’elle estime être « une loi absolument raciste ».

« On se rapporte à l’argument : la majorité le veut, a illustré Charles Taylor à La Presse après son discours. Oui, d’accord, mais une majorité de Russes ne veut pas accepter les homosexuels, une majorité des Hongrois ne veut pas accepter d’immigrants. Ça existe de par le monde ce genre d’argument par la majorité, mais justement, nous sommes pour quoi ? Pour une démocratie égalitaire. »

L’homme qui a coprésidé la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables en 2007 tenait à participer à la manifestation. Il a fait volte-face depuis la publication du rapport qui recommandait une loi pour interdire le port de signes religieux dans les fonctions coercitives. «J’ai du mal à vivre avec le fait que le Québec vire dans un sens profondément autodestructif», a-t-il dit à La Presse après son discours.

Contestation

Depuis l'adoption sous bâillon en juin de la loi 21, les contestations judiciaires se multiplient.

Deux groupes de défense des libertés civiles et religieuses et une étudiante en sciences de l’éducation portant un hidjab, Ichrak Nourel Hak, ont déjà entamé des recours pour tenter de faire suspendre, puis invalider la loi. En juillet dernier, la Cour supérieure a refusé de suspendre la loi d’ici à ce qu’un tribunal se prononce sur le fond, mais la Cour d’appel a accepté en août de se pencher sur cette demande d’injonction.

Et plus tôt cette semaine, la Commission scolaire English-Montréal a adopté une résolution pour embaucher des avocats afin de déterminer le « recours juridique approprié » pour contester la validité de la loi,

La Coalition Inclusion Québec a également annoncé cette semaine qu’elle saisira elle aussi les tribunaux de cette affaire.

Le gouvernement caquiste profite d’ailleurs de la campagne électorale pour demander aux chefs des partis fédéraux de promettre de ne pas s’impliquer dans ces judiciaires.

- Avec La Presse canadienne