Source ID:1517; App Source:BreakingNewsEntity

Sylvain Caron à la tête du SPVM

Sylvain Caron... (PHOTO ARCHIVES LA TRIBUNE)

Agrandir

Sylvain Caron

PHOTO ARCHIVES LA TRIBUNE

Pierre-André Normandin, Vincent Larouche
La Presse

L'administration Plante a fait son choix: c'est Sylvain Caron qui prendra la tête du SPVM. Avant d'entrer en poste, il devra toutefois répondre vendredi aux questions des élus ainsi que des Montréalais.

Mardi, le directeur provisoire Martin Prud'homme remettait son rapport final sur l'administration provisoire imposée au corps policier montréalais. Retrounant à la tête de la Sûreté du Québec, il recommandait de poursuivre la réforme au sein du SPVM en nommant un candidat provenant de l'externe, soit de choisir entre Sylvain Caron, ancien directeur général adjoint de la Sûreté du Québec et Line Carbonneau, ancienne sous-commissaire de la Gendarmerie royale du Canada.

Aussitôt le rapport Prud'homme remis, un comité de sélection s'est réuni mardi afin de rencontrer les deux candidats recommandés par Martin Prud'homme pour lui succéder. Le bras droit de la mairesse, Benoit Dorais, le président de l'Association des maires de banlieue, Beny Masella, le chef de l'opposition, Lionel Perez, le directeur général de Montréal, Serge Lamontagne, ainsi que la directrice des ressources humaines, Diane Bouchard, ont pris part aux délibérations. Saluant la qualité des deux candidats, le comité a décidé de recommander la nomination de Sylvain Caron.

Plusieurs étapes restent à franchir avant que l'homme ne soit officiellement chef du SPVM. La Commission de la sécurité publique de la Ville de Montréal doit entendre celui-ci lors d'une séance vendredi après-midi. Pour la première fois, le chef de police devra répondre aux questions des citoyens, l'administration Plante ayant décidé d'ouvrir la séance au public. « Les citoyens montréalais intéressés à prendre part à la séance pourront poser leurs questions directement au candidat désigné », indique la Ville.

Martin Prud'homme sera présent à la séance publique puisqu'il présentera son rapport final sur son année à la tête du SPVM. Rappelons que dans son rapport, M. Prud'homme plaidait pour que Montréal opte pour un directeur provenant de l'externe. « Bien que nous estimions que le Service de police est composé d'officiers de qualité, dont certains ont un bon potentiel de relève, ils doivent obligatoirement poursuivre leur développement avant d'être pressentis au poste de directeur », a-t-il écrit. « Nous considérons qu'il doit y avoir un délai suffisant pour bien marquer la transition avec l'ancienne administration et ses anciennes façons de faire et pour poursuivre la préparation de la relève », poursuit le rapport.

Une fois l'audition de M. Caron terminée, la Commission de la sécurité publique devra ensuite décider si elle recommande sa nomination à la mairesse. Sa candidature devra ensuite être approuvée par le ministre de la Sécurité publique, qui aura le dernier mot. La nomination du chef de police de Montréal relève en effet de Québec en vertu de la Loi.

Un policier d'expérience

Sylvain Caron a 37 ans d'expérience comme policier, dont plus de la moitié à titre de gestionnaire. Il a commencé sa carrière à la police municipale de Sorel-Tracy, dont il est devenu le directeur, jusqu'à ce que l'organisation soit intégrée à la Sûreté du Québec (SQ), au début des années 2000.

À Sorel, dans les années 1990, ses troupes devaient composer avec la présence d'un bunker des Hells Angels qui tenaient parfois de grands rassemblements, en pleine guerre des motards.

En 2012, il avait déclaré au journal local les 2 Rives que la fusion avec la SQ lui avait permis « d'explorer de nouveaux horizons ». Il se félicitait d'avoir vu les barrières tomber entre les policiers municipaux et ceux de la Sûreté, même si certains étaient initialement méfiants à l'idée de travailler ensemble.

« C'est une méconnaissance des nouveaux rouages qui pouvaient faire peur à certains. Dans le changement, il y a toujours de l'inconnu. Mais une fois que les gens ont commencé à se côtoyer, ce doute s'est atténué » , disait-il.

M. Caron a monté les échelons au sein de la SQ, jusqu'à devenir directeur général adjoint. L'un de ses faits d'armes était d'avoir mis sur pied un nouveau modèle de liaison avec les communautés des premières nations. En mars dernier, il a pris sa retraite de la Sûreté du Québec pour venir rejoindre Martin Prud'homme au SPVM.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer