Le cabinet de la mairesse de Longueuil a remercié hier de ses services le conseiller stratégique de Sylvie Parent ainsi que son attachée de presse afin d'ajuster le tir, a appris La Presse.

Publié le 26 sept. 2018
Kathleen Lévesque LA PRESSE

Stéphane Bouchard travaillait à la mairie depuis neuf ans, d'abord auprès de l'ex-mairesse Caroline St-Hilaire puis, depuis l'élection de novembre 2017, comme conseiller stratégique de Sylvie Parent.  Auparavant, M. Bouchard était à l'emploi de Développement économique de l'agglomération de Longueuil (DEL) et Développement aéroport Saint-Hubert de Longueuil. M. Bouchard n'a pas retourné l'appel de La Presse.

Quant à Alexandra Bélisle, elle agissait comme attachée de presse depuis trois ans. Elle aussi avait fait la transition du cabinet St-Hilaire à celui de Sylvie Parent. Jointe ce matin, Mme Bélisle n'a pas commenté la situation.

En après-midi, elle a toutefois fait parvenir un bref courriel annonçant qu'elle quitte ses «fonctions afin d'aller relever de nouveaux défis». «Ce fut une expérience très enrichissante pour moi et j'ai eu un réel plaisir à collaborer de près ou de loin avec vous ou votre entreprise», écrit-elle. Dès aujourd'hui, c'est son collègue Daniel Dicaire qui prend la relève.

Ces départs surviennent alors que la mairesse Parent a maille à partir avec l'opposition officielle depuis des mois concernant les commissions relevant du conseil municipal. Vendredi dernier, elle faisait volte-face dans ce dossier à la suite d'une mise en demeure au directeur général de la Ville pour qu'il réactive les commissions tel que le conseil municipal l'avait demandé. Mme Parent a vu dans le geste de l'opposition officielle une tentative d'intimidation en laissant planer une menace de sanctions. La mairesse a demandé l'intervention du ministère des Affaires municipales pour redresser la situation.

Le chef de cabinet de la mairesse, Simon Lajoie, estime que «ce mauvais moment à passer» n'a rien à voir avec le départ de M. Bouchard et Mme Bélisle. «Il n'y a aucun lien avec la crise politique. À ce moment-ci, il fallait procéder à des ajustements. Après presque un an aux commandes, il faut amener la Ville ailleurs», a-t-il souligné.

M. Lajoie ajoute que l'annonce qu'il a faite à M. Bouchard et Mme Bélisle n'a pas été facile, mais n'a pas causé de «drame». Les postes seront ouverts au cours des prochaines semaines. 

Après les élections provinciales de lundi prochain, il y a fort à parier que le marché des spécialistes en politique, experts en communications et autres analystes et organisateurs sera foisonnant de candidatures.