L'administration Plante n'écarte pas la possibilité d'intenter d'autres poursuites contre des personnes et des entreprises qu'elle soupçonne d'avoir pris part à la collusion.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

La Ville de Montréal a confirmé ce matin avoir intenté une poursuite de 14 millions contre des personnes et entreprises citées dans le scandale des compteurs d'eau, comme le révélait La Presse ce matin. Le président du comité exécutif, Benoît Dorais, a précisé que ce nouveau recours judiciaire ne marquait pas nécessairement la fin des démarches de la Ville contre ceux soupçonnés d'avoir pris part à la collusion.

«La mairesse l'a dit et je le répète : toute personne qui a pris part à des manoeuvres collusoires, qui a voulu faire de la corruption, on va les poursuivre. On accumule de la preuve et quand on part, on part parce qu'on croit qu'on est béton», a dit l'élu. Il a ajouté que le service des affaires juridiques de Montréal poursuit son travail en ce sens.

Montréal multiplie les poursuites depuis juin, lorsque s'est clos le programme de remboursement volontaire. Celui-ci avait été mis en place pour permettre aux personnes et entreprises de restituer les fonds détournés durant les années de la collusion sans faire face à des poursuites.

«Ce qu'on veut, c'est de récupérer l'agent pris injustement de la poche des Montréalais», a résumé Benoît Dorais.

Outre la poursuite de 14 millions pour les compteurs d'eau, Montréal a intenté un recours de 42 millions en août contre «l'empire Accurso» et un autre de 4,5 millions en juin contre des acteurs présumés de la collusion.