La mairesse de Montréal, Valérie Plante, demande à Québec et Ottawa de mettre en place des règles pour freiner l'étalement urbain.

Mis à jour le 20 août 2018
Pierre-André Normandin LA PRESSE

L'élue a réagi lundi matin à la publication d'une étude du Conseil canadien d'urbanisme démontrant que 83 % de la croissance démographique de la région de Montréal a eu lieu en banlieue. « C'est très, très préoccupant », a-t-elle dit.

Valérie Plante en appelle à Québec et à Ottawa d'aider les centres urbains à renverser la vapeur. « Comme mairesse, il y a des gestes que je peux poser, mais je m'attends à ce que les gouvernements provincial et fédéral en soient conscients. Ça veut dire des règles pour limiter l'étalement urbain », a-t-elle dit en marge d'un point de presse lundi matin.

L'étude du Conseil canadien d'urbanisme vient confirmer des observations de longue date, a souligné la mairesse. « On le remarque depuis longtemps et il y a de plus en plus de chiffres qui le démontrent. C'est inquiétant parce que si on veut être responsables d'un point de vue environnemental, réduire nos émissions de gaz à effet de serre, la question de l'étalement urbain est primordiale », a-t-elle ajouté.

L'élue souligne que l'étalement fait augmenter rapidement le nombre de voitures sur les routes, faisant croître en parallèle les besoins en infrastructures pour accommoder cette circulation croissante. Ce développement vient également « grignoter les terres agricoles », a-t-elle déploré.