L'ex-conseillère municipale d'Outremont Céline Forget réclame 1000 $ à la Ville de Montréal pour les « dommages moraux encourus » après avoir été évincée d'une séance publique du conseil d'arrondissement, le 5 mars dernier.

Fanny Lévesque LA PRESSE

Céline Forget affirme qu'un agent de sécurité l'a expulsée de la séance publique du conseil d'arrondissement d'Outremont « sans aucune raison », peu de temps avant le début de l'assemblée. Un « geste agressif » qui lui a causé des torts, écrit-elle dans sa demande de dédommagement adressée à la division des petites créances de la Cour du Québec.

« J'ai été tendue et j'ai eu de la difficulté à dormir la nuit suivante. J'ai été humiliée et marquée par cet évènement qui fut rendu public dans les médias. Je ressens du stress et de l'anxiété à chaque assemblée publique par crainte » de subir « de semblables agissements », indique Mme Forget dans sa poursuite.

En mars dernier, L'Express d'Outremont rapportait que le comédien Donald Pilon avait été mis à la porte du conseil d'arrondissement à la suite d'une « altercation ». 

Céline Forget aurait accompagné l'acteur pour être « témoin » de la scène, mais aurait alors aussi été évincée. Les deux citoyens auraient demandé de réintégrer les lieux, ce qui leur aurait été refusé.

Ces évènements se sont déroulés le soir même où un groupe de citoyens portait un carré jaune pour protester contre l'affluence d'autobus scolaires juifs dans l'arrondissement.

Le geste avait semé la controverse alors que plusieurs, dont des élus, estimaient que le carré jaune rappelait l'étoile de David que devaient porter les Juifs sous le régime nazi.

 Selon L'Express d'Outremont, M. Pilon arborait un carré jaune lorsqu'il a été conduit à l'extérieur. La poursuite de l'ex-conseillère ne fait pas état des circonstances entourant l'expulsion du comédien. La Ville de Montréal, qui a enregistré le 23 juillet sa contestation, maintient qu'elle « n'est pas responsable des comportements » de Mme Forget.

« Recours mal fondé »

Selon la Ville, Céline Forget aurait « omis de se conformer aux indications de la sécurité publique » et elle aurait « agi contrairement aux demandes des agents de sécurité en poste », dont le mandat est de « faire régner l'ordre ». Le recours de la citoyenne est « mal fondé », et les dommages réclamés sont « nettement exagérés », prétend la Ville.

La Ville de Montréal ne fera aucun commentaire en lien avec la poursuite de Mme Forget puisque « le cas est devant la justice ». Céline Forget promet de verser le montant réclamé de 1000 $ à l'organisme luttant contre l'itinérance des jeunes, Le Bon Dieu dans la rue, si elle obtient gain de cause. La Presse n'a pas été en mesure de joindre Mme Forget, hier.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

En mars dernier, L'Express d'Outremont rapportait que Donald Pilon avait été mis à la porte du conseil d'arrondissement d'Outremont à la suite d'une « altercation ». Sur notre photo, le comédien lors d'une séance publique en 2014.