Dans un jeu de souque à la corde politique, les élus de Longueuil se tiraillent autour de la tenue d'une séance extraordinaire du conseil municipal. Réclamée par l'opposition, l'assemblée a été convoquée mercredi par la mairesse Sylvie Parent, ce qui n'assurait pas à l'opposition le maintien de sa majorité. Résultat : l'opposition ne s'y est pas présentée.

Mis à jour le 21 juin 2018
Kathleen Lévesque LA PRESSE

« Les élus de l'opposition ont choisi d'être solidaires de leurs collègues qui ne pouvaient être présents », a indiqué mercredi dans un communiqué le chef de l'opposition, le conseiller municipal Xavier Léger.

Selon lui, les dates des 26, 27, 28 et 29 juin ont été proposées en même temps que la demande d'une séance extraordinaire du conseil municipal. « La mairesse a plutôt unilatéralement fixé la séance au 20 juin [mercredi] sans s'assurer de la disponibilité de l'ensemble des élus à cette séance importante », souligne l'opposition.

L'impasse tire son origine de la décision de la mairesse Parent et de son comité exécutif de suspendre les commissions du conseil municipal. Il s'agit, soutient-on, de prendre le temps de revoir le cadre de travail des commissions ainsi que leurs mandats, qui sont trop nombreux. Mais selon les élus de l'opposition qui dominent les commissions, la mairesse essaie de reprendre le contrôle de ces structures.

Il existe sept commissions : éthique, gouvernance et démocratie ; aménagement du territoire et développement durable ; finances et ressources humaines ; infrastructures urbaines ; développement social (famille, affaires sociales, logement social, immigration, action communautaire et condition féminine) ; transport actif et circulation ; loisirs, sports, culture, patrimoine et vie communautaire. Leur composition reflète la situation au conseil, c'est-à-dire le statut minoritaire de la mairesse Parent. Chacun des membres reçoit une allocation liée à son travail au sein d'une commission.

La suspension a été décidée la semaine dernière, au lendemain de la tenue de l'assemblée ordinaire du conseil municipal. L'opposition a immédiatement réagi, dénonçant ce qu'elle a qualifié d'« affront à la démocratie ». M. Léger a plaidé l'urgence de représenter les citoyens. Du coup, une assemblée extraordinaire a été demandée.

Si Sylvie Parent avait refusé, une séance aurait pu être convoquée avec le consentement de 40 % des élus. Mais voilà, la mairesse a acquiescé et s'est empressée d'agir, laissant l'opposition sans majorité.

Après 30 minutes d'attente, mercredi, l'absence de quorum a été constatée au conseil municipal. L'assemblée a été reportée à aujourd'hui, 13h.