Un élu montréalais propose de taxer lourdement les grands parcs de stationnement de la grande région de Montréal, notamment ceux des centres commerciaux, afin d'enrayer l'étalement urbain et de favoriser les rues commerciales de l'île. L'administration Plante se dit ouverte à étudier l'idée.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

Le conseiller Marvin Rotrand, chef de Coalition Montréal, demandera demain au groupe d'élus chargé d'étudier le budget de la métropole d'en profiter pour se pencher sur la question du stationnement. L'élu estime que l'imposition d'une taxe sur les grands parcs de stationnement de la Communauté métropolitaine de Montréal, soit des 82 municipalités entourant la métropole, permettrait de lutter contre l'étalement urbain.

«Les espaces de stationnement pratiquement illimités en banlieue nuisent à nos rues commerciales tout en encourageant l'étalement urbain», déplore Marvin Rotrand. Ceux-ci favorisent le développement de quartiers de faible densité, loin du centre-ville de Montréal, tout en détournant les clients des artères de l'île. L'élu cite en exemple le DIX30, à Brossard, qui se targue d'offrir plus de 10 000 cases de stationnement gratuites.

Montréal ne disposant pas du pouvoir d'imposer une telle taxe à la grandeur de la région, Marvin Rotrand souhaite que l'idée soit soutenue par l'ensemble des élus montréalais afin qu'ils en réclament l'imposition à Québec.

Selon Marvin Rotrand, les revenus générés par une taxe sur les stationnements pourraient être réinvestis dans les transports collectifs.

Bien qu'elle vise principalement les centres commerciaux de la périphérie, cette taxe s'appliquerait aussi à l'île. Les établissements comme les Galeries d'Anjou, le Carrefour Angrignon ou encore le futur projet Royalmount, surnommé le Quinze40, seraient ainsi également touchés.

Vétéran de l'hôtel de ville, Marvin Rotrand reconnaît que sa proposition risque d'être mal reçue dans le 450 et, du coup, difficile à vendre aux partis provinciaux à l'heure où ceux-ci courtisent activement la périphérie de Montréal en vue des élections. «Assurer l'avenir de Montréal va prendre du courage. Il y a trop d'étalement urbain. On le voit aux États-Unis où trop de centres-villes américains ne sont plus que des coquilles vides parce que personne n'a osé y mettre un frein», dit l'élu de Snowdon. Il cite en exemple des villes comme Dallas, Detroit ou Cleveland.

Questionnée sur la proposition, l'administration Plante s'est dite «prête à étudier la question». «On va voir la proposition et on pourrait demander à la Commission sur les finances d'évaluer les impacts à Montréal», indique Marc-André Viau, directeur des communications de la mairesse. Cette analyse permettrait ainsi de déterminer si le jeu en vaut la chandelle et si on demandera à Québec une telle taxe sur la grande région.

Tarifs variables des parcomètres

Dans sa proposition sur la révision du stationnement, le conseiller Marvin Rotrand demande aussi que la métropole adopte enfin des tarifs variables pour ses parcomètres. Cette idée, qui revient depuis plusieurs années, permettrait d'augmenter les tarifs dans les secteurs les plus achalandés tout en les réduisant dans les endroits moins fréquentés, selon les jours de la semaine et les heures de la journée. L'élu estime que la technologie permettant d'offrir une telle tarification est désormais mûre.

Marvin Rotrand note que le sujet des tarifs des parcomètres est si épineux qu'aucune administration ne s'est aventurée à les changer depuis 2007, soit il y a un peu plus de 10 ans. Ceux-ci demeurent ainsi à 3 $ l'heure au coeur de l'île.

L'élu estime toutefois que la décision de grandes villes canadiennes d'augmenter ces tarifs a permis d'améliorer l'efficacité de ces appareils. À Vancouver, il peut ainsi en coûter jusqu'à 6 $ l'heure d'utiliser un parcomètre dans les secteurs les plus achalandés. «Ça peut sembler beaucoup, mais c'est plus économique que bien des stationnements hors rue payants», dit M. Rotrand.

En attendant l'introduction de tarifs variables, M. Rotrand propose d'augmenter le prix à 4 $ l'heure dans les rues où le taux d'occupation des cases de stationnement dépasse 85%.

En contrepartie, il suggère aussi de réduire à 2 $ l'heure le tarif dans les secteurs où le taux d'occupation est inférieur à 60%.

En 2013, le conseil municipal a adopté une motion pour introduire des tarifs variables dans les parcomètres, mais la demande faite à Stationnement de Montréal n'a jamais eu de suite. Elle n'apparaissait d'ailleurs pas à la politique du stationnement présentée en juin 2016 par l'administration Coderre.

Ouverte également à cette idée, l'administration Plante a dit que la question des tarifs variables faisait présentement l'objet d'études à la Ville de Montréal.