Source ID:; App Source:

Femmes déplacées sur un chantier? Les mosquées nient toute implication

Le chantier près de la mosquée Ahl-Ill-Bait, dans... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Le chantier près de la mosquée Ahl-Ill-Bait, dans Côte-des-Neiges.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Deux mosquées du quartier Côte-des-Neiges se retrouvent au coeur d'une controverse et risquent d'être la cible de manifestants pour des gestes qu'elles nient avoir commis.

Des signaleuses aux abords d'un chantier de construction près des deux mosquées auraient été déplacées plus loin des lieux de culte par leur contremaître, au moment de la prière du vendredi, au cours des trois dernières semaines.

Qui aurait fait cette demande au contremaître de G-Tek, l'entreprise qui réalise les travaux ? Mystère. Mais les dirigeants des deux mosquées nient qu'elle vienne d'eux.

Dans un reportage diffusé mardi, le réseau TVA affirmait que les dirigeants des deux mosquées avaient exigé que les employées de sexe féminin soient réaffectées ailleurs au moment de la prière du vendredi et que cette condition était même inscrite « noir sur blanc » dans le contrat de l'entrepreneur.

Mercredi, le réseau a admis que cette exigence ne se trouvait pas dans le contrat, mais qu'il s'agissait d'une consigne verbale qui a touché quatre signaleuses et une ingénieure sur le chantier. Le reportage de TVA ne précisait pas, cependant, de qui émanait cette consigne.

L'affaire a créé beaucoup d'émoi, et la Commission de la construction du Québec (CCQ) a même lancé une vérification pour tenter de comprendre ce qui s'était vraiment passé.

PAS DE CLAUSE ANTI-FEMME

Après vérification, il s'avère qu'aucune clause semblable n'a été inscrite dans aucun contrat ni aucune entente, indique Serge Boileau, président de la Commission des services électriques de Montréal (CSEM), qui gère le contrat. « Nous avons une entente avec la mosquée Ahl-Ill Bait, qui nous autorise à réaliser certains travaux sur leur terrain, explique M. Boileau. Ils nous ont demandé de ne pas travailler sur leur propriété pendant la période de la prière du vendredi, qui dure environ deux heures, pour limiter le bruit. Nous avons accepté, parce que nous pouvons tout de même poursuivre les travaux dans la rue à ce moment. »

Serge Boileau a confirmé mercredi avec l'entrepreneur G-Tek, de Laval, qui réalise les travaux pour eux, que l'entente ne mentionnait pas la présence des femmes.

La personne qui surveille le chantier pour la CSEM est d'ailleurs une femme, souligne le président. 

« [Cette femme| est là depuis trois ou quatre semaines et n'a pas été informée de quelque demande que ce soit ni été importunée par quiconque », dit-il.

Selon le représentant de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), Marco Patenaude, qui se trouvait sur le chantier mercredi matin, des travailleuses ont effectivement été réaffectées par leur contremaître. Une travailleuse sur place a cependant refusé de parler elle-même aux médias.

Il n'est pas impossible qu'un fidèle fréquentant la mosquée ait demandé au contremaître, de sa propre initiative, d'envoyer les femmes travailler plus loin au moment de la prière. « Mais si des instructions ont été données par un voisin, pourquoi l'entrepreneur a-t-il accepté ? », demande le président de la CSD Construction, Daniel Laterreur.

PAS D'INTIMIDATION

Le reportage de TVA faisait aussi état d'intimidation à l'endroit des travailleuses sur le chantier, mais la CSD affirme ne pas avoir reçu de plainte de ses membres à ce sujet.

Le président de G-Tek, Stéphane Fortin, n'a pas donné suite à nos demandes d'entrevue. Il n'a pas non plus été possible de parler à Jean-Sébastien Samson, le contremaître de G-Tek, qui aurait relayé la demande aux travailleuses, ni à Mark-Alexandre Perreault, de MAP Signalisation, patron des signaleuses.

Lundi, M. Perreault avait écrit sur sa page Facebook : « Me faire dire que le vendredi je peu pas envoyer de signaleuse dans mon chantier pck ils ne veux pas voir de femme devant leur mosquée sa marche pas je vous jure sa en restera pas là ! ! » (sic). Toutes ses publications ont été effacées de son profil Facebook mercredi.

Les dirigeants de la mosquée Ahl-Ill-Bait nient avoir demandé l'exclusion des femmes. « Nous avions demandé l'accès au stationnement, sur l'heure du midi les vendredis, mais n'avons jamais demandé l'exclusion de personne. Cette requête, si elle existe, ne provient pas de notre organisation », a affirmé le porte-parole Moayed Altalibi par communiqué.

Le président de la mosquée Masjid Baitul-Mukarram, Aktar... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Le président de la mosquée Masjid Baitul-Mukarram, Aktar Ahmed.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Aktar Ahmed, président de la mosquée voisine Masjid Baitul-Mukarram, « ne croit pas » qu'un fidèle ait pu faire une telle demande aux travailleurs de la construction. 

« Les femmes sont les bienvenues ici. Nous sommes très paisibles », ajoute Aktar Ahmed.

L'avocat de la mosquée Ahl-Ill-Bait, Me William Korbatly, a affirmé que l'administration avait reçu des messages haineux et même des menaces de mort. Les dirigeants des deux centres ont demandé à la police d'accroître la sécurité dans le secteur demain.

« Le reportage de TVA est irresponsable et a causé beaucoup de douleur aux membres de cette communauté. Il faut s'excuser, TVA », a demandé la mairesse de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery.

MANIF DE LA MEUTE

Le groupe d'extrême droite La Meute prépare une manifestation demain devant la mosquée. « NOUS DEVONS NOUS MOBILISER pour dénoncer cet acte révoltant envers les femmes », a écrit Sylvain « Maikan », un dirigeant du groupe, sur Facebook. 

L'affaire a eu des échos jusque sur la colline Parlementaire, où tant le premier ministre Philippe Couillard que sa ministre du Travail Dominique Vien ont fait part de leur préoccupation.

« Il reste à voir qui a dit quoi à qui. Ce n'est pas tout à fait clair, a dit M. Couillard. Mais aucun accommodement ne peut aller à l'encontre du principe de l'égalité entre les hommes et les femmes. »

La CCQ a indiqué en soirée mercredi avoir rencontré cinq personnes sur le chantier et prévoir encore cinq ou six rencontres aujourd'hui. « L'analyse des documents liés au dossier, incluant les contrats, a commencé. À l'heure actuelle, il n'a pas été trouvé de clause qui concerne la présence de femmes au chantier le vendredi. On y trouve par contre une clause afin de limiter le bruit le vendredi », a mentionné par courriel le directeur des communications de l'organisme, Simon-Pierre Pouliot.

POURSUITES ENVISAGÉES

Me Korbatly a indiqué qu'il avait été chargé d'étudier la possibilité d'intenter des poursuites non seulement contre TVA, mais aussi contre l'entrepreneur qui est à l'origine des informations en question ainsi que contre la députée péquiste de Marie-Victorin, Catherine Fournier, qui a relayé la nouvelle sur les médias sociaux.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer