Mauvaise nouvelle pour les policiers et policières de Montréal : ils n'auront pas de renforts en 2013. Plusieurs sources ont confirmé à La Presse qu'elles ont été récemment avisées de la décision de ne pas procéder à de nouvelles embauches cette année. Cette décision ne serait pas liée à des contraintes budgétaires, ni à la perte de la subvention annuelle de huit millions provenant d'Ottawa.

Karim Benessaieh et Daniel Renaud LA PRESSE

À l'hôtel de ville, on confirme n'avoir jamais demandé au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) de resserrer les cordons de sa bourse.

«On n'a pas de gel d'embauche, assure le commandant Ian Lafrenière. Ce qui est arrivé, c'est qu'on a embauché deux fois plus l'an dernier, à cause des mouvements sociaux. On aurait dû en embaucher 60, on en a engagé en gros 130. L'an prochain, on devrait revenir à la normale.»

L'embauche de nouveaux policiers est « cyclique » et dépend essentiellement des départs à la retraite, précise le commandant Lafrenière.

Selon le budget 2013 de la Ville, les dépenses du SPVM devaient augmenter de 22 millions cette année, soit 3,3% du budget. D'un point de vue strictement comptable, les effectifs devaient augmenter de 50 années-personnes, ce qu'on explique «par le maintien à l'emploi des policiers additionnels engagés en 2012, notamment pour assumer de nouveaux prêts de service en 2013». Le SPVM compte près de 4400 policiers.