C'est au sein de l'École de technologie supérieure (ETS) que l'ancien Planétarium connaîtra une deuxième vie. La Ville de Montréal a annoncé ce matin avoir cédé gratuitement l'édifice construit en 1966, en échange d'investissements d'environ cinq millions.

Karim Benessaieh LA PRESSE

L'ÉTS veut intégrer le Planétarium Dow, au 1000 rue Saint-Jacques, à son projet de «Quartier de l'innovation». On y aménagera un «Hub de créativité» comprenant trois zones, soit «des lieux dédiés au travail partagé, un espace d'échange ouvert ainsi qu'une scène publique», explique la Ville dans son communiqué.

L'ETS doit préserver la structure actuelle, s'engager à ne pas l'agrandir et à le redonner à la Ville si sa vocation d'enseignement supérieur est abandonnée. Le terrain vague utilisé comme stationnement sera aménagé en place publique et «le verdissement du site devra être maximisé», précise le communiqué.

L'édifice sera certifié LEED et permettra à la Ville de recevoir 65 000$ par année en compensation de taxes foncières.

D'une valeur marchande estimée de 1,8 million, le Planétarium avait fait l'objet d'un appel d'offres en juin dernier qui avait attiré un acheteur, François Martel, qui souhaitait y construire son Académie culinaire. La Ville avait jugé sa proposition non conforme et a annulé l'appel d'offres, après ce qu'on qualifie de «discussions de gré à gré» avec M. Martel. Ce dernier a annoncé à La Presse la semaine dernière qu'il étudiait la possibilité d'intenter un recours devant les tribunaux.

Le Planétarium Dow a cessé ses activités en octobre 2011, au profit du nouveau Planétarium Rio Tinto Alcan, au Parc olympique, dont l'ouverture aura lieu le mois prochain.