Après une accalmie de deux mois, l'hémorragie reprend de plus belle chez Union Montréal. Les cinq élus de l'arrondissement d'Anjou, le maire Luis Miranda, ont annoncé qu'ils quittaient le parti de l'ex-maire Gérald Tremblay.

Karim Benessaieh LA PRESSE

«Le maire Miranda l'a annoncé à ses collègues en caucus cet après-midi, a confirmé Louise Fournier, directrice d'Union Montréal. Ils lui ont demandé pourquoi... Je préfère le laisser donner ses raisons.»

Il a été impossible de joindre M. Miranda ou ses conseillers. Les départs du maire, d'Andrée Hénault, de Gilles Beaudry, de Michèle Di Genova Zammit et de Paul-Yvon Perron, d'abord annoncés par TVA Nouvelles cet après-midi, portent à 34 le nombre de démissions du parti, qui avait fait élire 66 conseillers sur 103 en 2009.

Avec cette nouvelle vague, Union Montréal ne compte plus que 16 élus au conseil municipal. Au plus fort de l'administration Tremblay, le parti en comptait 37.

Un autre pilier du parti, le maire de Saint-Léonard Michel Bissonnet, a avoué cet après-midi être «en pleine réflexion» quant à son avenir politique. En point de presse, il a précisé avoir trouvé «difficile» le départ mercredi de son ami Gilles Deguire, maire de Montréal-Nord.