Un véritable geyser a jailli pendant plus de six heures sur le boulevard Roland-Therrien, à Longueuil, résultat du bris inattendu d'une énorme conduite d'eau. Une quinzaine de résidences ont été gravement inondées.

Mis à jour le 19 sept. 2012
David Santerre LA PRESSE

La conduite de plus de 60 cm, qui alimente aussi les secteurs de Saint-Bruno et de Boucherville, a cédé entre 3h et 4h la nuit dernière.

Rapidement, un large jet d'eau a jailli de la chaussée pour transformer le boulevard en véritable rivière.

Le torrent a déferlé sur plusieurs centaines de mètres. La plupart des résidences de cette portion du boulevard sont munies d'un garage en sous-sol auquel on accède par une pente. Elles ont toutes été très rapidement inondées.

Gisèle et Jean-Paul Lachance ont été réveillés en pleine nuit par le chien de leur fille, qu'ils gardaient pour quelques jours.

«Quand mon mari m'a réveillée, il m'a dit qu'il y avait de l'eau dans le sous-sol. Je pensais qu'un robinet avait fui, qu'il y avait une flaque d'eau. Mais ce n'était pas ça du tout», a dit Gisèle Lachance. L'eau avait atteint la moitié de l'escalier du sous-sol, et toutes sortes d'objets y flottaient, comme de vieilles bandes dessinées que collectionnait le couple.

Si le geyser a semé la consternation chez les résidants inondés, il a fait le bonheur de quelques enfants qui en ont profité pour jouer dans l'eau avec leurs vélos, et aussi de nombreuses entreprises de nettoyage après-sinistre qui, flairant la bonne affaire, se sont rapidement massées sur les lieux.

Ce n'est que six heures après le début de la fuite que les employés municipaux ont finalement pu couper l'eau.

«Ce qui fait que ça a été long, c'est que la chambre des valves la plus proche était aussi inondée. On ne pouvait y avoir accès. Il a donc fallu aller en amont, et là, il y a tout un protocole à respecter. Il faut aller lentement. On ne peut couper d'un seul coup l'eau, ça créerait un choc trop important», a expliqué le directeur des communications de Longueuil, Jacques Tétreault.

La conduite qui a cédé, vieille d'une trentaine d'années, est faite de béton gainé d'acier et se trouvait en bon état lors de sa dernière inspection.

«Le bris est probablement dû à de la corrosion ou à un bris à une intersection entre les conduites», a expliqué M. Tétreault. Il a ajouté qu'il y aurait peut-être une baisse de pression à Saint-Bruno et à Boucherville durant quelques heures.

La réparation de la conduite pourrait s'échelonner sur quelques jours, selon la disponibilité des pièces de rechange. L'alimentation en eau, pour la durée des travaux, pourrait être problématique dans une quinzaine de rues du quartier, mais les hôpitaux et le réseau de bornes-fontaines ne sont pas touchés, selon M. Tétreault. 

Côté circulation, la police de Longueuil invite les automobilistes à éviter le boulevard Roland-Therrien, dont une seule voie est ouverte dans chaque direction pour la durée des travaux. Le boulevard est en outre interdit aux camions. On recommande plutôt le boulevard Béliveau, entre la rue Roberval et l'hôpital Pierre-Boucher. En raison de travaux, le chemin de Chambly n'est pas une option.   

En principe, la plupart des résidants estiment que leurs assureurs rembourseront les dommages puis se retourneront vers la Ville de Longueuil pour être à leur tour indemnisés.