L'arrondissement de Verdun, à Montréal, abandonne le projet de construction d'une nouvelle école à L'Île-des-Soeurs sur les terrains du parc de la Fontaine. Mercredi, 747 des 2677 voisins du parc ont signé un registre pour demander la tenue d'un référendum, près de trois fois le nombre requis. «Compte tenu du résultat du registre, nous allons retirer notre règlement. Il n'y aura pas de référendum», a annoncé hier après-midi le maire de Verdun, Claude Trudel. Celui-ci estime qu'aller de l'avant aurait représenté une «dépense inutile de 40 000$ à 60 000$» devant la levée de boucliers suscitée par le projet.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

Visiblement déçu, M. Trudel demande maintenant au gouvernement de revoir les règles sur les référendums locaux. «On est malheureusement rendus là. Il m'apparaît antidémocratique que 4% de la population puisse sceller le sort d'une école», a déploré M. Trudel.

La commission scolaire Marguerite-Bourgeoys a préféré ne pas commenter pour l'instant le retrait de Verdun de son projet, soulignant simplement que «le besoin pour une deuxième école dans L'Île-des-Soeurs demeure bien réel». Au début de septembre, la direction a toutefois indiqué que, sans le terrain de l'arrondissement, il n'y aura pas d'école, sa subvention de 10,5 millions de dollars obtenue de Québec se limitant aux frais de construction.

Les opposants se sont réjouis de l'abandon du projet dans le parc, accusant l'arrondissement d'être responsable de l'envenimement des relations à L'Île-des-Soeurs. «Ce n'était pas du pas dans ma cour. Ça, c'est rabaisser le débat. Nous, on élevait le débat», a rétorqué le président de Sauvons notre parc, Mario Langlois. Ce dernier a assuré que son groupe en a toujours eu contre la rapidité avec laquelle le projet a été mené.