Après avoir jonglé avec plusieurs scénarios, la Ville de Montréal a trouvé une manière de souligner le 10e anniversaire de la mort de Mordecai Richler. L'écrivain emblématique du quartier Mile-End ne donnera finalement pas son nom à une rue, mais plutôt à un petit pavillon sur le mont Royal.

Gabriel Béland LA PRESSE

La vieille structure située aux abords de l'avenue du Parc, dans l'axe de Duluth, sera entièrement rénovée pour l'occasion. «C'est un monument montréalais historique qui a besoin d'être ressuscité, alors ici on a une belle occasion de faire cela en plus d'honorer un écrivain marquant de Montréal», a expliqué Helen Fotopulos, conseillère d'Union Montréal et responsable du patrimoine au comité exécutif.

Pour l'instant, le petit pavillon n'a aucune vocation particulière. Il est même laissé en déshérence. Le projet de Mme Fotopulos veut lui donner une fonction littéraire : des auteurs seraient entre autres invités à y réciter leur prose.

L'idée d'honorer l'auteur décédé le 3 juillet 2001 est venue il y a près d'un an. Deux conseillers du parti du maire, Marvin Rotrand et Michael Applebaum, avaient alors lancé une pétition. Ils évoquaient notamment l'idée de rebaptiser une rue en son honneur. Les signatures se sont vite multipliées - 2500 en 10 jours -, mais leur projet n'a pas été simple.

Le Plateau-Mont-Royal s'est montré sceptique dès le départ, écartant l'idée de renommer une rue. Une proposition visant à donner le nom de Richler à la bibliothèque du Mile-End a aussi été repoussée par l'arrondissement.

«L'administration du Plateau-Mont-Royal ne supporterait aucune tentative de renommer une bibliothèque ou un parc du nom de M. Richler», écrivait en décembre dernier le conseiller du Mile-End, Alex Norris, dans une lettre adressée à Mme Fotopulos et M. Rotrand. «Je ne m'oppose pas à ce qu'on souligne l'apport de M. Richler. Simplement, renommer des lieux, c'est une méthode d'une autre époque», poursuivait l'élu.

C'est finalement dans l'arrondissement Ville-Marie que sera gravé le nom de Richler; à quelques minutes de marche du quartier où il a grandi et situé son oeuvre.