Dans un vote unanime, le conseil municipal de Montréal a demandé, hier, un nouveau processus d'enquête sur les policiers. Les élus des trois partis ont tous appuyé une résolution exigeant que Québec mette en place «une unité indépendante» pour enquêter sur les incidents impliquant des policiers.

Gabriel Béland LA PRESSE

Il s'agit d'une prise de position formelle de la Ville, après des commentaires du maire Gérald Tremblay en ce sens il y a deux semaines. Rappelons qu'une opération policière en plein centre-ville s'est soldée, le 7 juin, par la mort de Mario Hamel et de Patrick Limoges. L'enquête sur l'incident a été confiée à la Sûreté du Québec.

«Quand les policiers enquêtent sur d'autres policiers, il y a de nos concitoyens qui jugent que le processus n'est pas crédible et impartial», a indiqué le conseiller Réal Ménard, de Vision Montréal, au moment d'adopter la résolution.

Le conseiller Marvin Rotrand, d'Union Montréal, a quant à lui envoyé une pointe au ministre de la Sécurité publique. «Je ne comprends pas pourquoi le ministre (Robert) Dutil prétend que de mettre en place un tel processus est trop compliqué. Il dit que ça ne fonctionne pas, mais ça fonctionne ailleurs.»

Il s'agit de la deuxième fois en un peu plus d'un an qu'une motion en ce sens est adoptée par le conseil municipal. Les élus avaient voté pour la résolution une première fois en mars 2010, peu de temps après la publication d'un rapport de la protectrice du citoyen recommandant un nouveau processus d'enquête sur la police.

Actuellement, lorsque des policiers blessent ou tuent des gens au cours d'une intervention, l'enquête est confiée à un autre corps de police. Il s'agit d'un processus qui «renforce le cynisme des gens envers la police et le pouvoir en général», a accusé le conseiller Alex Norris, de Projet Montréal.