Source ID:; App Source:

Le Musée du costume et du textile s'invite à Montréal

Situé à Saint-Lambert, le Musée du costume et du textile du Québec (MCTQ) veut déménager à Montréal, surtout depuis que sa subvention a été supprimée par l'administration du maire Sean Finn. Mais le maire ne voit pas pourquoi il aiderait un musée qui veut déménager «depuis 2005».

Le président du MCTQ, Pierre G. Bélanger, a surpris le milieu de la mode, hier matin, lors de la conférence de presse du maire de Montréal, Gérald Tremblay, dans le cadre de la Semaine de mode. M. Bélanger a soudain pris la parole. Après avoir remercié Montréal pour avoir permis au musée d'exposer des pièces de sa collection, il a demandé à M. Tremblay de considérer la possibilité d'accueillir un musée de la mode à Montréal.

 

«La Ville de Saint-Lambert vient de couper nos subventions complètement, donc c'est un signe qu'on ne nous veut plus, a dit ensuite M. Bélanger à La Presse. Ils nous ont rapatriés de l'agglomération à la Ville et là, ils ne veulent plus nous avoir. Alors, nous regardons à Montréal.»

La directrice du MCTQ, Suzanne Chabot, dit que sa subvention 2008 est passée de 33 000$ à 28 000$ et que l'an prochain, elle n'aura plus rien. Elle doit rencontrer la Ville de Saint-Lambert aujourd'hui. Mais le maire Finn dit qu'en 2005, le musée, qui s'appelait alors le musée Marsil, avait déjà annoncé qu'il allait déménager.

«On a rencontré à deux reprises leur directrice et on lui a dit que l'enjeu pour le Musée du costume et du textile, c'est de se reconnecter avec la population de Saint-Lambert qui a historiquement soutenu le musée par des dons», dit le maire.

Le maire n'a pas apprécié que le musée «mis au monde par les Lambertois et Pratt&Whitney» change de nom sans aviser la municipalité. Il ajoute qu'il est facile de se plaindre d'une baisse de subventions alors que la Ville lui fournit des services d'entretien. De plus, il reproche au MCTQ d'avoir utilisé des fonds de la municipalité et des dons des citoyens pour financer des études sur son déménagement. «On ne veut pas subventionner un musée qui est là en attendant qu'il déménage, un peu comme un entrepôt, ce n'est pas ça qu'on veut», dit-il.

Suzanne Chabot reconnaît que le local du musée est trop petit et que Québec leur recommande de trouver un plus grand local.

«Mais on n'a pas trahi la population de Saint-Lambert, dit-elle. Il y a de la mauvaise volonté à Saint-Lambert et M. Finn n'y connaît rien aux arts, ni à la culture et ni au textile et à la fibre. Il voudrait qu'on fasse de jolies expositions qui ne dérangent pas. C'est un homme obsédé de contrôle. Quand on fait venir des choses d'Europe, il ne comprend pas ces choses-là. C'est malheureux à dire.»

Le MCTQ espère se loger dans l'ancienne bibliothèque Saint-Sulpice, rue Saint-Denis, à Montréal. Mme Chabot espère que malgré la crise, on redonnera vie à cet édifice avec un musée qui sera en phase avec l'ambition de la métropole de prendre sa place sur la scène internationale de la mode.

 




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer