(Québec) Une poignée d’activistes d’Extinction Rebellion ont déversé un colorant rouge dans la fontaine située en face de l’Assemblée nationale pour représenter « le sang des innocentes victimes des changements climatiques ».

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

« Les gouvernements ont reconnu l’urgence climatique, mais n’agissent toujours pas. On en est rendus à ce genre d’action pour se faire entendre », explique Geneviève Dorval, co-porte-parole d’Extinction Rebellion Ville de Québec.

La fontaine de Tourny a été remplie d’un colorant « non toxique, non chimique », et avait l’air d’un punch aux fruits. Cinq militants se sont couchés au sol en prétendant être morts. L’action pacifique a duré une dizaine de minutes.

« Le gouvernement Legault est climato-passif », a accusé Anne Rufiange, l’une des militantes. Elle a demandé l’arrêt du projet GNL Québec et l’abandon du troisième lien. « C’est insensé de faire construire ce méga projet qui va augmenter l’étalement urbain, qui va provoquer une augmentation de voitures », a dit Mme Rufiange, à propos de ce projet de tunnel cher au gouvernement de François Legault.

Exctinction Rebellion a capté l’attention cette semaine lorsque ses militants ont grimpé sur le pont Jacques-Cartier, entraînant sa fermeture en pleine heure de pointe. À Québec, le groupe n’exclut pas d’autres actions de désobéissance civile.

« On a tout essayé pour que les gouvernements nous écoutent. On était 600 000 à marcher au Québec le 27 septembre pour demander des actions concrètes et drastiques pour diminuer les gaz à effet de serre, fait valoir Mme Rufiange. On demande d’arrêter l’exploitation des énergies fossiles. Les scientifiques le disent depuis 30 ans. »

L’action de cette semaine à Montréal a créé un bouchon monstre. Plusieurs automobilistes ont critiqué les activistes écologistes.

« Il y a des gens pris dans des inondations, qui meurent dans des canicules, et ces gens-là subissent beaucoup plus les conséquences que ceux pris dans le trafic pendant deux heures, répond Anne Rufiange. Proportionnellement à ce qui s’en vient avec les changements climatiques, l’impact était négligeable. »