Au Québec, seulement 74% des élèves obtiennent un diplôme secondaire, et seulement 66% des garçons. Les élèves québécois sont moins nombreux à obtenir un diplôme que ceux de l'ensemble du Canada, où le taux de réussite est de 79% et de 75% chez les garçons. Rien à voir non plus avec l'Europe, qui voit 85% de ses élèves obtenir un diplôme secondaire, selon un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Publié le 13 août 2012
Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

PARTI LIBÉRAL DU QUÉBEC

Hausser le taux de réussite de 74% à 80% d'ici à 2020.

Doubler le financement de l'aide aux devoirs ("20 millions).

Fier d'avoir fait passer le taux d'obtention d'un diplôme de 67% à 74% depuis 2003, le Parti libéral (PLQ) a bon espoir d'atteindre son objectif de 80% en 2020. «Il n'y a pas de recette miracle, c'est plutôt un ensemble de gestes, affirme Alain Paquet, ministre délégué aux Finances et candidat libéral. Il faut agir auprès des différentes clientèles plus à risque et intervenir le plus tôt possible. Il y a des signes dès le primaire et le passage au secondaire est un moment charnière à cet égard.» Au gouvernement, le PLQ a réduit la taille des classes (de 28 à 24 élèves entre la 4e et la 6e année du primaire dans les milieux défavorisés, de 29 à 26 élèves dans les autres milieux, et de 30 à 28 élèves au secondaire). Cette fois-ci, le PLQ propose de doubler les fonds alloués au programme d'aide aux devoirs de 20 à 40 millions. Pas question toutefois de légiférer pour limiter le nombre d'heures de travail d'un élève au secondaire.

« Il n'y a pas de recette miracle, c'est plutôt un ensemble de gestes. Il faut agir auprès des différentes clientèles plus à risque et intervenir le plus tôt possible. » Alain Paquet, ministre délégué aux Finances et candidat libéral

PARTI QUÉBÉCOIS

Hausser le taux de réussite de 74% à 80% d'ici à 2020.

Transformer les commissions scolaires en banques de services.

Abolir les directions régionales du ministère de l'Éducation.

En matière de lutte contre le décrochage, le Parti québécois (PQ) veut poursuivre le but du gouvernement libéral: hausser le taux réussite au secondaire à 80% en 2020. «C'est un objectif qui mobilise le milieu, assure le candidat péquiste Sylvain Gaudreault, porte-parole en matière d'éducation primaire et secondaire. La réussite scolaire est un combat continu. Il ne faut pas changer les plans de match tous les deux ans dans le milieu de l'éducation.» Des changements que le PQ ferait au pouvoir: abolir les directions régionales du ministère de l'Éducation et transformer les commissions scolaires en banques de services pour les écoles. «Les écoles doivent être plus autonomes, dit M. Gaudreault. Une école pourrait demander un orthophoniste à la commission scolaire, une autre un conseiller en éducation physique pour faire bouger les jeunes.» Si le PQ veut mobiliser les milieux locaux contre le décrochage, il n'est pas question de légiférer pour limiter le nombre d'heures de travail des adolescents.

« La réussite scolaire est un combat continu. Il ne faut pas changer les plans de match tous les deux ans dans le milieu de l'éducation.» Sylvain Gaudreault, candidat péquiste

COALITION AVENIR QUÉBEC

Hausser le taux de réussite de 74% à 80% d'ici à 2020.

Réduire de 69 à 39 le nombre de commissions scolaires.

Réinvestir les 300 millions ainsi économisés dans les écoles.

En remplaçant les 69 commissions scolaires par 39 centres régionaux d'éducation, la Coalition avenir Québec (CAQ) estime économiser 300 millions de dollars - une somme qui serait réinvestie en services dans les écoles. «Il faut prendre l'argent et l'envoyer directement à l'école au lieu de la bureaucratie dans les commissions scolaires», suggère Chantal Longpré, candidate de la CAQ et ex-directrice de la Fédération québécoise des directions d'établissements d'enseignement. «Plus les décisions se rapprochent de l'élève, plus ça augmente la réussite.» La CAQ cite en exemple le système de la Finlande, où «chaque école est autonome et prend ses décisions, selon Mme Longpré. Ce sont aux enseignants de prendre les meilleures décisions pour enseigner aux élèves devant eux. Les tableaux blancs interactifs du gouvernement Charest, ce n'est pas la recette gagnante pour toutes les écoles dans toutes les classes.» La CAQ veut respecter l'objectif gouvernemental d'un taux d'obtention d'un diplôme secondaire de 80% en 2020.

« Ce sont aux enseignants de prendre les meilleures décisions pour enseigner aux étudiants devant eux. » Chantal Longpré, candidate de la CAQ

QUÉBEC SOLIDAIRE

4000 nouveaux postes spécialisés d'aide aux élèves. (psychologues, orthophonistes, psychoéducateurs, travailleurs sociaux)

«Il faut revaloriser l'éducation et investir dans les ressources spécialisées, estime la candidate Manon Massé. Il en coûterait 260 millions pour créer 4000 postes dans le prochain mandat. Le rapport de professionnels spécialisés passerait ainsi de 5 à 8 pour 1000 élèves.»

OPTION NATIONALE

Mieux informer les élèves de leurs perspectives d'emploi et encourager le sentiment d'appartenance à l'école avec des activités parascolaires.

«Les élèves doivent être mieux informés de leurs perspectives d'avenir et des conséquences positives de rester à l'école, déclare le chef Jean-Martin Aussant. Un diplôme peut faire une différence de jusqu'à 700 000$ au cours d'une carrière. Pour les élèves qui ne veulent pas rester sur les bancs d'université pendant quatre ans, il y a des métiers professionnels et techniques très bien rémunérés. Je dis toujours que dans ma circonscription, un plombier est mieux payé qu'un député!»