(Montréal) À une journée et demie d’une grève illimitée des trois organisations syndicales qui représentent des travailleuses dans les CPE, les négociations n’avaient toujours pas porté fruit.

Mis à jour le 7 déc. 2021
Lia Lévesque La Presse Canadienne

La Fédération des intervenantes en petite enfance (FIPEQ), affiliée à la CSQ, et le Syndicat québécois des employés de service (SQEES), affilié à la FTQ, doivent à leur tour déclencher une grève illimitée jeudi matin, si aucune entente n’est intervenue d’ici là.

Or, mardi après-midi, la FIPEQ attendait toujours une réponse du gouvernement à ses propositions de lundi. Et sa prochaine date de négociation prévue n’est que jeudi – le jour du déclenchement de sa grève illimitée.

Quant à la Fédération de la santé et des services sociaux, affiliée à la CSN, elle en était mardi à la cinquième journée de sa grève illimitée. Elle a négocié lundi et mardi avec les représentants gouvernementaux.

La FIPEQ et le SQEES ne sont pas si éloignés de la position gouvernementale, après des mois de négociation et de contre-propositions de part et d’autre ; la FSSS l’est davantage.

L’enjeu principal demeure le salaire des employés de soutien dans les Centres de la petite enfance, soit les travailleuses dans les cuisines, à l’entretien et à l’administration.