(Québec) Québec solidaire (QS) appelle le gouvernement Legault à permettre une exemption aux étudiants autochtones en lien avec les exigences de la nouvelle Charte de la langue française.

La Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français – communément appelée loi 96 – a imposé de nouvelles exigences aux étudiants autochtones qui fréquentent un cégep anglophone.

Des cégeps anglophones ont affirmé, dans une lettre au premier ministre François Legault, que les nouveaux examens et cours de français pourraient pousser des étudiants des Premières Nations à aller dans des établissements ontariens ou à abandonner leurs études.

En point de presse à l’Assemblée nationale mercredi, la députée solidaire Ruba Ghazal a invité le gouvernement à faire preuve de souplesse.

« Je peux vous assurer que ce ne sont pas les étudiants autochtones dans les cégeps qui sont un problème en lien avec la protection de la langue française. Souvent, le français est leur troisième langue. Ce serait important que le gouvernement les écoute », a-t-elle déclaré.

Interpellés à ce sujet, les ministres Ian Lafrenière (Relations avec les Premières Nations et les Inuit) et Pascale Déry (Enseignement supérieur) ont fait valoir que les cégeps avaient eux aussi la responsabilité de mieux accompagner les étudiants autochtones.