(Montréal) Une centaine de responsables de services de garde en milieu familial de la CSQ manifestent, vendredi avant-midi devant les bureaux du ministère de la Famille à Montréal, alors que leur grève tournante touche justement la métropole.

Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Vendredi est d’ailleurs une deuxième journée de négociation entre la Fédération des intervenantes en petite enfance de la CSQ et le ministère de la Famille depuis l’interruption des pourparlers à la fin de juin.

Ce sont 10 000 responsables de services de garde en milieu familial qui ont lancé une grève tournante, du 1er au 18 septembre, et qui touche tour à tour les régions du Québec. Elles ont déjà annoncé une grève générale illimitée à compter du 21 s’il n’y a pas eu de dénouement d’ici là.

En entrevue sur place, la présidente de la FIPEQ, Valérie Grenon, a dit craindre de devoir effectivement lancer une grève générale illimitée à compter du 21, puisque les discussions avancent à pas de tortue, selon elle.

Le ministre de la Famille Mathieu Lacombe a déjà déploré le recours à la grève, en affirmant que c’est en se parlant que les parties parviendront à conclure une entente.

Les négociations ont pourtant débuté en mars 2019.