« Les pourcentages et les moyennes sont là pour rester », a dit ce matin le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge, fermant aussitôt la porte à la proposition du Conseil supérieur de l'Éducation de les retirer du bulletin.

Mis à jour le 27 févr. 2019
LOUISE LEDUC LA PRESSE

Dans un avis déposé hier à l'Assemblée nationale, cet organisme autonome chargé de conseiller le ministre recommande l'élimination du bulletin chiffré qui classe chaque élève par rapport à la moyenne du groupe. Il devrait être remplacé, selon le conseil,  par un bulletin qui pourrait prendre la forme de chiffres, de cotes (A, B, C, D, E), de tableaux ou de graphiques.

L'idée ? Réduire l'anxiété liée aux notes et faire en sorte que l'élève soit évalué en fonction de sa propre progression plutôt que par rapport au groupe.

Le Conseil supérieur de l'éducation tenait ce matin même une conférence de presse pour publier son rapport.

La forme que prend le bulletin revient dans l'actualité de façon régulière. En mêlée de presse ce matin, M. Roberge a dit que les bulletins avec pourcentages et moyennes de groupe sont faciles à comprendre pour les parents et que c'est là un bon moyen de communication entre l'école et la famille.  

Les moyennes de groupe, qui amènent les comparaisons entre les enfants, « aident les parents à comprendre le niveau de difficulté et le niveau d'exigence des enseignants », a-t-il ajouté.

Le ministre s'en remet néanmoins au jugement professionnel des enseignants, en qui il dit avoir pleinement confiance.

Cela signifie par exemple, a-t-il dit, qu'un enseignant peut parfaitement donner la note de passage à un jeune qui n'aurait eu que 57 % s'il juge que c'est ce qu'il mérite vraiment. M. Roberge a dit qu'il n'avait aucun problème avec cela, tant et aussi longtemps que la note ainsi gonflée n'est pas le résultat de pressions faites sur un enseignant.

Si le gouvernement a écarté du revers de la main le rapport du Conseil supérieur de l'éducation avant même qu'il ait eu le temps de tenir une conférence de presse sur son rapport, M. Roberge a dit que cet organisme « fait oeuvre utile » et qu'il y a du bon dans son rapport.

Oui, la question des bulletins revient dans l'actualité avec la régularité de l'horloge, et c'est tant mieux, selon M. Roberge. « Le débat n'est jamais mort dans les facultés d'éducation et il faut toujours se remettre en question. »

-Avec Tommy Chouinard