Les démarches de transfert de deux écoles anglophones de la Commission scolaire English-Montréal (CSEM) vers le réseau francophone se poursuivront. La CSEM a vu sa demande d’injonction temporaire refusée par la Cour supérieure du Québec lundi.

Thomas Dufour
La Presse

L’injonction avait été déposée le 2 juillet dans le but d’arrêter le transfert de l’école primaire General Vanier et de l’école secondaire John Paul I vers la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPI), dans l’est de Montréal.  

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a demandé le transfert pour mettre fin à une pénurie de classes à la CSPI. La décision permettra d’accueillir 38 nouvelles classes sur les 150 nécessaires en raison de l’augmentation du nombre d’élèves.  

La CSEM avait dénoncé ce choix, affirmant que le ministre n’avait jamais communiqué avec la commission scolaire avant de prendre sa décision.  

La Cour a refusé l’injonction pour les raisons suivantes: le transfert est la seule option pour accueillir les élèves de la CSPI, les élèves de la CSEM seront relocalisés, il y aura une compensation financière et «la vitalité de la communauté linguistique de la CSEM pourra ultimement être rétablie». Le Tribunal reconnait toutefois les «inconvénients associés au déménagement» pour la CSEM.

La commission scolaire anglophone avait reçu l’appui de trois groupes de protection des communautés de langue officielle en situation minoritaire au Canada, dont deux francophones: l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario et la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick.

- Avec La Presse canadienne