Source ID:; App Source:

Concordia: une première faculté de génie canadienne au nom d'une femme

Gina Cody... (Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Gina Cody

Robert Skinner, La Presse

Des milliers d'étudiants de l'Université Concordia pourront désormais dire qu'ils fréquentent l'« École de génie et d'informatique Gina-Cody ». En faisant un don de 15 millions à son alma mater, la femme d'origine iranienne souhaite encourager davantage d'étudiantes à envisager le métier d'ingénieure.

Gina Parvaneh Cody est la première femme dont le nom orne une faculté de génie canadienne. L'affaire n'a rien de banal, mais l'ingénieure admet qu'elle y a tout de même pensé à deux fois avant d'accepter.

« Je ne veux pas que ça tourne autour de moi. Je le répète toujours : on parle des femmes, on ne parle pas de moi, dit-elle, les yeux soudainement embués. Je deviens très émotive quand j'en parle. »

L'histoire de cette ingénieure a pourtant de quoi inspirer. En 1979, elle quitte l'Iran en pleine révolution avec 2000 $ en poche. À Montréal, un professeur de l'Université Concordia la prend sous son aile et lui propose une bourse qui lui permet de faire des études dans un contexte « confortable ». « Je n'oublierai jamais ça », assure la philanthrope.

Dix ans plus tard, elle devient la première femme à obtenir un doctorat de génie du bâtiment de l'Université Concordia.

« ENVOYER UN MESSAGE »

Sa carrière sera jalonnée de succès. Ingénieure primée et entrepreneure, Gina Cody a vendu il y a deux ans les parts qu'elle détenait dans une importante entreprise d'experts-conseils en génie.

En entrevue lundi, la femme qui vit maintenant à Toronto s'effaçait pourtant derrière son souhait : celui qu'en voyant son nom en toutes lettres sur une faculté universitaire de génie, les jeunes femmes y perçoivent un appel sans équivoque.

« Je veux envoyer le message aux femmes que si on peut donner le nom d'une femme à une faculté, ça veut dire que vous pouvez y aller, vous devriez y aller. » - L'ingénieure et philanthrope Gina Cody

Elle se désole du peu de chemin qu'ont fait les femmes depuis qu'elle a obtenu son diplôme. Au Canada, elles représentent 20 % des étudiants en génie. Sur le marché du travail, les ingénieures composent à peine 13 % des effectifs.

« Je pense que les jeunes filles n'ont pas de modèles. Elles se sont peut-être fait dire par leurs parents ou à leurs écoles que l'informatique et le génie, c'est pour les garçons. Alors elles se découragent. Ma mission est d'envoyer un message : si une femme iranienne peut le faire, vous pouvez le faire. »

BOURSES D'ÉTUDES

Ancienne patronne d'une entreprise comptant 150 employés, Gina Cody dit avoir tâché au fil des années d'embaucher plus d'ingénieures. Seulement, elles ne sont pas assez nombreuses à sortir des universités chaque année.

Une bonne partie de l'argent qu'elle remet à l'université sera en conséquence donnée en bourses d'études, aux femmes comme aux hommes. « Je ne voulais pas de quotas, mais je veux envoyer le message qu'il faut penser à l'équité, à la diversité et à l'inclusion », dit Gina Cody.

L'ingénieure compte maintenant profiter de sa retraite et de sa présence à plusieurs conseils d'administration, dont celui de l'Université Concordia, pour en faire son mantra : le combat pour l'égalité des femmes n'est pas terminé.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer