Les enfants handicapés risquent d'être les premiers pénalisés par les coupes de 120 millions annoncés par Québec, a dénoncé hier en conférence de presse le Regroupement des centres de la petite enfance de Montréal.

Publié le 16 févr. 2016
Louise Leduc LA PRESSE

L'organisme a dénoncé ces coupes à venir dans une conférence de presse qui s'est tenue au CPE La Petite Chenille, dans Notre-Dame-de-Grâce.

Ce CPE accueille 80 enfants, dont 25 sont handicapés ou aux prises avec un problème de développement.

Selon le Regroupement, le danger, c'est que les CPE, qui risquent de perdre du personnel et des services, hésitent à prendre les cas les plus lourds.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

À la conférence de presse, Marie-Carmelle Pierre, ici photographiée avec son fils Shawn, 4 ans, a témoigné de l’importance qu’a eue le CPE sur ses enfants à besoins particuliers.