La question identitaire teintera assurément les débats à l'Assemblée nationale à l'automne. En plus de la charte des valeurs québécoises, le gouvernement s'attaquera à l'enseignement de l'histoire nationale, du primaire jusqu'au collégial.

Mis à jour le 3 sept. 2013
Annabelle Blais LA PRESSE

«Il est temps de discuter de ce qui nous définit», a déclaré le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, qui a confirmé lundi l'implantation d'un cours d'histoire obligatoire au cégep dès la rentrée 2014.

Il y a quelques jours, dans le quotidien Le Soleil, le président de la Fédération des cégeps Jean Beauchesne jugeait ce délai trop court et a encore réitéré sa position à La Presse, lundi.

Le ministre maintient toutefois le cap. Un comité de consultation a donc été formé et fera des propositions au ministère en décembre. Ce dernier demandera un avis au Conseil supérieur de l'éducation et mènera ensuite des consultations publiques à l'hiver.

Le ministre n'a pas voulu s'avancer en ce qui concerne le coût d'implantation de cette mesure ou à propos d'éventuelles embauches d'enseignants avant d'avoir en main les conclusions du rapport.

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) compte bien s'inviter dans le débat. Dans les prochaines semaines, l'association étudiante demandera l'avis à ses membres et espère que le ministre se montrera à l'écoute.

«Plusieurs craintes sont déjà émises par les collégiens ayant des horaires de cours très chargés, il leur semble ainsi impossible de rajouter des heures de cours à la formation de l'ensemble des étudiants», a déclaré la fédération dans un communiqué.

Révision de programme

De son côté, la ministre de l'Éducation Marie Malavoy a annoncé une «démarche» de consultation pour revoir le programme d'histoire au primaire et au secondaire.

«Le renforcement de l'enseignement de l'histoire nationale a comme objectif d'offrir [...] une formation plus approfondie ainsi que de valoriser l'identité et la culture québécoise», a indiqué la ministre.

Deux experts mèneront ces consultations auprès de la population et des acteurs du milieu, soit le sociologue Jacques Beauchemin qui est aussi président-directeur général par intérim de l'Office québécois de langue française et sous-ministre associé au ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles ainsi qu'une historienne qui a enseigné à l'UQAM, Nadia Fahmy-Eid.

Un rapport sera déposé en décembre et servira de guide pour la réforme des programmes de l'enseignement de l'histoire. La ministre espère instaurer des projets-pilotes dès l'automne 2014.

Quelle place pour la souveraineté? 

L'automne dernier, Mme Malavoy avait déjà déclaré que l'actuel programme d'histoire au Québec avait «noyé le poisson de la souveraineté». Elle s'est montrée plus prudente lundi. «Je ne reprendrai pas cette expression», a-t-elle dit.

«Les débats qui ont lieu actuellement ne sont pas inventés par un parti [...], si on veut les comprendre, il faut comprendre ce qui a précédé», a-t-elle toutefois ajouté, citant la question de la protection de langue française.

Gerry Sklavounos, porte-parole du Parti libéral en matière d'enseignement supérieur, dit craindre un «détournement» idéologique de ce cours d'histoire. La Coalition avenir Québec attendra d'en savoir davantage sur le processus avant de commenter.

Photo La Presse Canadienne

Marie Malavoy