Dans une étude qu'elle vient de dévoiler et une note qui l'accompagne, la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) brosse un portrait de l'importance du phénomène du travail rémunéré pendant les études.

Publié le 18 janv. 2012
LA PRESSE CANADIENNE

À l'automne 2009, les étudiants à plein temps travaillaient en moyenne durant 19 heures par semaine, selon la FEUQ. Et près de 42 pour cent des étudiants qui travaillaient le faisaient durant plus de 20 heures par semaine.

Selon la FEUQ, «les étudiants n'ont jamais autant travaillé en cours d'études». Et la FEUQ y voit un lien avec les droits de scolarité.

La FEUQ formule donc plusieurs recommandations, parmi lesquelles le fait que le programme d'aide financière aux études augmente le montant des dépenses admises pour frais de subsistance et frais de transport pour les étudiants qui n'ont pas accès au transport en commun.

Elle souhaite également que les dépenses admises dans le calcul de l'aide financière aux étudiants soient indexées annuellement.

La FEUQ regroupe 15 associations étudiantes, représentant 125 000 étudiants de niveau universitaire.

Le gouvernement Charest a annoncé une hausse des droits de scolarité de 325 $ par année pendant cinq ans à compter de l'année scolaire 2012-2013. Les droits passeront ainsi de 2168 $ en 2011-2012 à 3793 $ en 2016-2017.