Des aptitudes comme bien savoir tenir un crayon et connaître des nombres permettent de déceler le rendement scolaire d'un enfant dès la maternelle.

Pascale Breton LA PRESSE

Une nouvelle étude dévoilée hier par l'Institut de la statistique du Québec indique en effet qu'un élève de maternelle qui maîtrise les compétences de base en mathématiques, évaluées à l'aide d'un test de connaissance des nombres, obtient de meilleurs résultats scolaires lorsqu'il est rendu en quatrième année, non seulement en mathématiques, mais également en écriture, en lecture et en sciences.

De même, un enfant qui possède de bonnes habiletés motrices et qui a une grande capacité d'attention dès la maternelle risque d'obtenir de meilleurs résultats en lecture et en écriture pendant son cheminement scolaire. Ces compétences et comportements ont même un impact sur l'engagement des élèves pendant toute la durée de leur parcours scolaire.

Une étude sur plusieurs années

Pour arriver à ces conclusions, des chercheurs ont suivi pendant des années une cohorte d'enfants nés en 1997-1998, dans le cadre de l'Étude longitudinale du développement des enfants du Québec. À partir des premiers comportements à la maternelle, ils ont pu établir des liens avec les résultats scolaires vers la fin du primaire. Ces résultats ont généralement un impact sur l'obtention d'un diplôme par la suite.

Les résultats, compilés dans le fascicule Prédire la réussite scolaire des enfants en quatrième année à partir de leurs habiletés cognitives, comportementales et motrices à la maternelle, se comparent avec ceux d'études similaires menées en Angleterre et aux États-Unis.