Les électeurs de Saint-Faustin ont fait un pas de plus vers un changement de nom pour leur municipalité, approuvant, par une faible marge, la proposition de la rebaptiser Mont-Blanc.

Ariane Krol
Ariane Krol La Presse

En plus d’avoir à choisir trois conseillers municipaux, les électeurs de Saint-Faustin–Lac-Carré, dans les Laurentides, étaient invités à se prononcer sur leur identité collective, dimanche.

À la question : « Souhaitez-vous, oui ou non, que la Municipalité de Saint-Faustin–Lac-Carré change son nom en celui de Municipalité de Mont-Blanc ? », une faible majorité (51 %) a répondu par l’affirmative. Sur 3330 personnes admissibles à voter, 1462 voix ont été enregistrées au référendum.

La décision finale « relève de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation », a toutefois rappelé Saint-Faustin sur son site web.

La municipalité de près de 3700 habitants avait adopté une résolution visant à prendre le nom de la montagne située sur son territoire en février 2019. L’objectif était de « se donner une image forte doublée d’un nom distinctif, dans le but d’augmenter le pouvoir d’attraction » et « de stimuler son développement économique », explique le site de Saint-Faustin. Le mont Blanc est connu pour sa station de ski du même nom.

Trois conseillers, Alain Lauzon, André Brisson et Guy Simard, ont également été élus dimanche. Le maire, Jean-Simon Levert, et les trois autres conseillers avaient déjà été élus sans opposition.