L’Unité de lutte contre la corruption de la République d’Haïti a annoncé jeudi qu’elle lance une enquête « pour soupçons de corruption » sur la villa de Laval achetée au coût de 4,25 millions de dollars par un sénateur haïtien et sa conjointe diplomate.

Mis à jour le 18 févr. 2021
Vincent Larouche
Vincent Larouche La Presse

Le directeur général de l’Unité, MHans Jacques Ludwig Joseph, a confirmé dans une entrevue téléphonique avec La Presse que sa première action jeudi matin, au retour du congé du carnaval, a été de se saisir du dossier et de former une commission de quatre personnes qui a déjà commencé à rédiger un plan d’action pour examiner l’affaire.

« Le Canada est le lieu où se trouve cette maison et nous comptons solliciter l’appui du gouvernement canadien », a déclaré MJoseph.

La Presse révélait cette semaine que la conjointe du sénateur Rony Célestin, Marie Louisa Célestin, vit maintenant sous la protection de gardes de sécurité privés, après avoir été dénoncée sur les réseaux sociaux au sujet de son nouvel investissement.

Mme Célestin, diplomate du consulat haïtien à Montréal, a payé la villa d’un seul coup, sans hypothèque, et sans vendre l’autre résidence qu’elle possède déjà avec son mari à Laval.

Le sénateur Rony Célestin appartient au PHTK, le parti du président Jovenel Moïse, mais cela ne change rien au dossier, affirme MJoseph.

« Ce qui est certain, pour moi, personnellement, c’est que je fais mon travail en toute autonomie », dit-il.

PHOTO TIRÉE DU SITE DE L’UNITÉ DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

MHans Jacques Ludwig Joseph, directeur de l’Unité de lutte contre la corruption, a mis sur pied une commission de quatre personnes pour enquêter sur l’affaire.

Lorsqu’il a rencontré le président au début de son mandat de directeur, celui-ci l’a assuré qu’il avait les coudées franches pour enquêter là où c’est nécessaire, affirme-t-il. « Le président m’a dit de faire le boulot. »

Le sénateur et sa femme seront invités en temps et lieu à expliquer comment ils ont acquis les fonds nécessaires à l’achat de la villa. « Dès qu’il y a une augmentation douteuse du patrimoine, les personnes intéressées sont invitées à venir s’expliquer », affirme le directeur général.

L’avocat de M. et Mme Célestin, MAlexandre Bergevin, avait déclaré à La Presse lundi que la villa serait seulement utilisée par la conjointe et les enfants du sénateur, le politicien n’ayant aucune intention de quitter Haïti. Quant à la provenance des fonds, il assurait qu’elle n’avait rien à voir avec les fonctions des propriétaires au sein de l’État haïtien.

« Mon client est un riche industriel qui a plusieurs entreprises connues dans le ciment et la céramique notamment, et ma cliente fait de l’import-export avec la Chine, c’est connu », avait expliqué l’avocat.

Mais plusieurs opposants avaient réclamé une enquête sur la transaction. « Les émoluments d’un sénateur additionnés à ceux d’une diplomate ne peuvent en aucune manière leur permettre d’acheter une villa à plus de 4 millions de dollars », avait déclaré le Réseau national de défense des droits de l’homme, un groupe haïtien de défense de l’État de droit.

« Une enquête doit être diligentée pour dresser la liste des biens que possédaient le sénateur Célestin et son épouse avant d’avoir été respectivement élus sénateur de la République et diplomate », avait ajouté une porte-parole de l’organisme.