(Montréal) Au terme d’un redoux exceptionnel et de pluies torrentielles qui ont forcé l’évacuation de 266 résidants, les rivières se stabilisent grandement et une décrue est attendue en ce lendemain de Noël.

Alice Girard-Bossé Alice Girard-Bossé
La Presse

En tout, 266 personnes ont été évacuées au Québec, dont 207 personnes sur l’île Enchanteresse, sur la rivière Montmorency dans la municipalité de Sainte-Brigitte-de-Laval.

« Le niveau de l’eau est encore très haut et les personnes sont encore évacuées, mais avec la chute des températures, le ralentissement du ruissellement, la fin des pluies abondantes, la situation va s’améliorer au cours des prochaines heures », affirme Steve Boivin, conseiller émérite à la Sécurité civile, en entrevue avec La Presse.

« On va revenir à la normale, mais avec des niveaux quand même plus élevés que ce qu’on avait en date du 23 ou 24 décembre », explique Éric Drolet, le directeur de la direction régionale de la Sécurité civile de la Capitale-Nationale. Il peut s’écouler plusieurs jours, avant que le niveau de l’eau retourne à son état normal, précise M. Boivin.

« Il y a eu beaucoup d’évacuations préventives parce qu’il y a eu des coupures d’électricités, des routes de coupées et des ponceaux affaiblis », indique M. Boivin. Toutefois, les autorités rapportent seulement une vingtaine de résidences inondées dans la municipalité.

Une trentaine de résidants dans la ville de Québec, 20 personnes à Saint-Raymond-de-Portneuf et cinq à Lac-Beauport, ont également été évacuées.

M. Boivin prévient que les niveaux des rivières sont encore très hauts et que leur courant est très fort. Des glissements de terrain peuvent toujours se produire en raison de l’érosion et que des structures peuvent être affaiblies.

Les riverains devraient être aux aguets et suivre les directives de leurs autorités municipales, notamment de procéder aux évacuations lorsqu’ils en reçoivent l’ordre, a-t-il insisté.

La décrue des rivières situées au nord du Saint-Laurent devrait être plus ou moins rapide en fonction de la grandeur du bassin versant. Quelques rivières plus au sud du Saint-Laurent sont aussi encore à la hausse.

La rivière Saint-Charles, dans la région de la Capitale-Nationale, fait cependant exception et son niveau est à la hausse. « Elle réagit parce qu’elle est plus grosse », a expliqué M. Boivin. Les autorités considèrent qu’elle est « en inondation moyenne ».

Par ailleurs, la Sécurité publique signale des inondations mineures sur les rivières Bras-du-Nord, du Nord, Jacques-Cartier, L’Assomption, Montmorency, Nelson, Noire, Ouareau et Sainte-Anne. Ces cours d’eau font l’objet d’une surveillance.

PHOTO PATRICE LAROCHE, LE SOLEIL

Vue sur la rivière Beauport, le 23 décembre

Avec le mercure qui diminue, les routes sont glissantes. La sécurité civile demande aux citoyens, et particulièrement aux riverains, de demeurer à la maison le plus possible et de se limiter aux déplacements essentiels pour leur sécurité.

Constater les dégâts

Sur l’île Enchanteresse, qui a été entièrement évacuée notamment par hélicoptère, les autorités étaient samedi à constater les dégâts aux maisons qui ont été évacuées et de s’assurer que les lieux sont sécuritaires afin de permettre aux résidents de regagner leur domicile « dès que ce sera possible ».

Des sous-sols ont été inondés, a confirmé Carl Thomassin, le maire de Sainte-Brigitte-de-Laval, là où est située l’île. « On n’a pas de maisons qui ont été détruites, mais ce sont les avoirs des gens », a-t-il raconté.

Les autorités municipales avaient d’ailleurs demandé que le courant électrique soit coupé sur l’île, ce qui a interrompu l’alimentation de certaines pompes.

L’île à vocation résidentielle est située sur la rivière Montmorency, à une dizaine de kilomètres de la célèbre chute. Elle est très souvent touchée par des inondations printanières.

Le niveau de la rivière est à la baisse et « Dame Nature collabore bien avec des températures plus froides et l’arrêt des précipitations liquides, c’est très aidant », a dit le maire.

L’ensemble des sinistrés ont été pris en charge par la Croix-Rouge et relocalisés dans des hôtels en raison de la situation sanitaire.

Les résidants sont très surpris d’avoir vécu une inondation pareille en plein mois de décembre, a raconté M. Thomassin. Ils sont inquiets et ont hâte de voir dans quel état ils vont retrouver leur résidence.

« On a des résidants qui ont eu un drôle de cadeau hier, a-t-il déclaré. Ce n’est pas facile d’être sinistré, d’être évacué de chez vous à Noël en pleine pandémie ».

Pas au bout de leurs peines

L’année 2020 n’a pas encore dit son dernier mot. Selon Environnement Canada, du temps doux arrivera du Colorado vers la fin de la semaine prochaine avec plusieurs types de précipitation. Le système devrait toutefois être moins vigoureux que celui des derniers jours.

La situation sera analysée dès maintenant pour prévenir les risques, a confirmé Steve Boivin de la Sécurité civile.

« S’il y a juste de la fonte et qu’il n’y a pas beaucoup d’apports d’eau de pluie, on est assez confiants qu’avec la fonte qu’il y a eu actuellement et le temps qu’on va avoir entre les deux, selon nous, les rivières vont avoir le temps de se stabiliser, a dit M. Boivin. Et s’il n’y a pas de pluies fortes, le risque va être un peu plus faible. »

Les températures plus froides de prochains jours et l’absence de pluie au programme devraient aussi permettre de laisser ruisseler beaucoup d’eau.

– Avec La Presse Canadienne