Pour la première fois dans l’histoire, le recensement canadien comptabilisera les personnes transgenres et non binaires. Le questionnaire comprendra également de nouvelles questions pour récolter des données plus précises sur les minorités linguistiques, dont les francophones hors Québec.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Dans le prochain recensement de la population prévu en mai 2021, une nouvelle question sur le genre permettra aux répondants transgenres et non binaires de s’identifier. La nouvelle mouture des questionnaires fait également la distinction entre sexe assigné à la naissance et sexe actuel.

« À mesure que le Canada croît et évolue en tant que nation, il est essentiel de comprendre sa composition pour être en mesure de répondre à ses besoins de plus en plus divers. Depuis plus d’un siècle, Statistique Canada dresse le portrait changeant du pays au moyen du recensement », a déclaré par communiqué Anil Arora, statisticien en chef du Canada.

Une annonce dont se réjouit Navdeep Bains, ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie. « Si nous voulons créer une société inclusive, nous devons aller de l’avant dans ces changements et obtenir un portrait réel de la population canadienne. Il est donc très important de combler l’écart du dernier recensement », a-t-il dit à La Presse en entrevue.

Les données recueillies lors du recensement sont utilisées par les gouvernements et divers groupes et organisations, précise le ministre. Elles sont prises en compte dans la création de nouvelles politiques et de programmes d’aide.

Communautés autochtones et langues minoritaires

Les modifications toucheront également la manière dont Statistique Canada comptabilise les membres des communautés autochtones et les minorités francophones et anglophone au pays.

Peu après la victoire en Cour suprême en juin dernier, le Conseil scolaire francophone (CSF) de la Colombie-Britannique avait réclamé l’ajout de questions sur les langues minoritaires et l’instruction en français au recensement court.

Le CSF critiquait le fait que Statistique Canada ne recense pas tous les parents qui ont le droit d’inscrire leurs enfants à l’école française ou anglaise en milieu minoritaire.

Les nouvelles questions sur la langue maternelle permettront de mesurer le nombre d’enfants ayant droit à une instruction soit en français, soit en anglais, selon la province de résidence.

La version de 2021 de la question destinée aux membres des communautés autochtones sera plus précise. Le répondant sera identifié comme membre d’une Première Nation, Métis ou Inuk (Inuit). Le but est de distinguer ces différentes communautés, comme le préconisent les groupes d’intervenants consultés par Statistique Canada.

Le processus pour renouveler le contenu du recensement de 2021 a été amorcé en 2015 pour récolter plus de données fiables sur certains groupes ciblés.

Au cours des années 2018 et 2019, Statistique Canada s’est donc entretenue avec des intervenants et experts sur plusieurs enjeux pour déterminer les secteurs affectés par le manque de données et ainsi mieux cibler les besoins des communautés visées.