(Montréal) L’ancienne première ministre péquiste Pauline Marois s’est unie à une figure libérale en vue, John Parisella, pour dépolitiser la promotion du français.

Lia Lévesque et Ugo Giguère
La Presse canadienne

Les deux ont participé, lundi à Montréal, au lancement de la campagne de financement «Je parle français par cœur» — une façon d’inviter la philanthropie dans la promotion du français.

L’objectif de cette campagne est de recueillir 5 millions sur deux ans pour faire la promotion du français. Une somme de 2 millions a déjà été recueillie, notamment auprès de grands donateurs. Mais tous les dons sont bienvenus, a souligné Mme Marois.

«Je crois en l’avenir du français au Québec et je suis très fière de voir que cette langue commune nous permet de nous réunir, nous permet de communiquer, nous permet de nous représenter à travers le monde, nous permet d’agir au niveau culturel, au niveau économique. C’est important; c’est un bien très précieux que cette langue française. C’est important, donc, que nous la protégions et que nous continuions d’en faire la promotion», a lancé Mme Marois, aux côtés de M. Parisella et de Maxime Laporte. Les deux derniers sont coprésidents de la Fondation pour la langue française.

La Fondation a été lancée il y a un an; c’est sa première campagne de financement, que Mme Marois préside. Le président d’honneur de la fondation est Dany Laferrière, de l’Académie française.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Dany Laferrière

En soirée lundi, le premier ministre François Legault et son ministre Simon Jolin-Barrette, responsable du dossier, ont participé à un cocktail de financement à la Caisse de dépôt et placement.

Le premier ministre s’est adressé au média pour expliquer qu’il voyait les rôles de la fondation et du gouvernement comme étant complémentaires dans la promotion de la langue. «Je pense qu’on a besoin de la fondation pour mobiliser la population, mais ça n’empêche pas le gouvernement aussi d’agir», a-t-il déclaré.

François Legault souligne que l’État doit donner l’exemple en communiquant en français avec les nouveaux arrivants et en veillant à l’application de la loi 101. Il a même avancé son intention de moderniser la Charte de la langue française.

«Il faut se poser des questions sur la langue de travail. Je suis prudent à ne pas ajouter de bureaucratie aux petites entreprises, mais je me questionne sur ce qu’on peut faire pour que des cours de français soient donnés», a-t-il mentionné.

«Il y a une forme d’indifférence»

John Parisella explique son engagement comme coprésident de la fondation : «Le français a été un choix pour ma famille. Mon père est né en Italie. Ma mère c’est une Irlandaise et j’ai fait essentiellement mes études en anglais. Pour moi, parler français c’est un choix qui m’a toujours animé. Je vis, je travaille et je rêve en français», s’est exclamé M. Parisella, qui a longtemps travaillé aux côtés de l’ancien premier ministre libéral Robert Bourassa.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

John Parisella

«Il y a un tassement, où on oublie le français au détriment de l’anglais, où on se sent moins concerné, moins préoccupé et il y a une forme d’indifférence», déplore Mme Marois.

«On voit que chez les jeunes, entre autres, il y a une préoccupation moins grande. Quand on s’adresse à nous en anglais dans un commerce, les jeunes vont être moins portés à réagir et à souhaiter que ce soit corrigé et qu’on parle en français», a-t-elle relevé.

Le premier ministre François Legault trouve inquiétante cette indifférence des jeunes. «Il faut les aider à ce qu’ils aiment davantage le français et ça passe par la culture. C’est un de mes objectifs dans la prochaine année de m’assurer que nos artistes soient bien vus par nos jeunes et qu’ils soient fiers de ce que disent nos artistes en français», a-t-il commenté.

La Fondation a pour mission la promotion du français sous toutes ses formes, et non sa défense, puisque d’autres organismes se chargent déjà de la défense du français, a insisté Mme Marois. Elle s’adresse à tous : les jeunes, les nouveaux arrivants et les citoyens qui tiennent pour acquis le fait français et qui hésitent à demander des services en français.

Rencontré en marge du cocktail de financement, le président d’honneur Dany Laferrière croit aussi que l’optimisme est plus efficace que la peur.

«Je crois qu’une langue doit être soutenue avec optimisme, avec enthousiasme, pour ne pas désespérer les jeunes. Il faut qu’ils aient l’impression que la langue est aimée. Il ne faut pas parler tout le temps de sa mort!», a commenté l’écrivain.

Les fonds recueillis serviront à financer des projets d’intégration à la culture québécoise, comme le Carrefour interculturel de francisation et d’intégration.

Celui-ci permet à des gens de mieux connaître le Québec et le français. «C’est un projet qui concerne les nouveaux Québécois, dans leur apprentissage du français et de leur connaissance de la culture et de la réalité québécoise par une approche ludique : aller au théâtre, au cinéma, faire une activité sportive, visiter des quartiers de Montréal en apprenant l’histoire des quartiers», a cité en exemple Mme Marois.

Nouveau-Brunswick

La Fondation pour la langue française s’intéresse aussi au français des communautés acadiennes et francophones hors Québec par le biais de la Fondation Langelier.

Alors qu’une campagne contre le bilinguisme au Canada vient d’être placardée sur des autobus au Nouveau-Brunswick, Mme Marois s’en est désolée. Elle croit qu’il faut «soutenir ces communautés qui souhaitent que le bilinguisme soit respecté parce que ça permet de défendre la francophonie à travers le Canada».