Le monde municipal est aux abois, constate Sylvain Gaudreault, député péquiste de Jonquière. Les maires viennent d'apprendre que les compressions de 300 millions imposées par le gouvernement Couillard l'automne dernier seront récurrentes.

Publié le 11 sept. 2015
Denis Lessard LA PRESSE

Le porte-parole péquiste pour les questions municipales affirme que le ministre Pierre Moreau doit immédiatement s'engager à rétablir le financement accordé avant le «pacte fiscal transitoire» de l'automne dernier.

«Les municipalités sont inquiètes, elles apprennent que l'austérité sera récurrente. Or l'an dernier, le ministre Moreau s'était clairement engagé à ce que ces compressions soient temporaires, observe-t-il. Ces compressions entraînent irréversiblement des réductions de services ou des hausses de taxes foncières. Les administrations municipales sont déjà à court de financement.»

Au passage, M. Gaudreault réplique au ministre Moreau qui l'accusait d'avoir détruit la relation entre Québec et les municipalités lors de son passage au Ministère sous Pauline Marois. «Il me rend responsable de tout depuis le big bang, j'ai eu à composer avec quatre maires de Montréal, imposer des tutelles, je n'ai pas fait mon travail à temps partiel [il était en même temps titulaire des Transports]. C'est le ministre Moreau qui a coupé le financement, pas moi», souligne M. Gaudreault.