Recherche Voyage

Aéroport Montréal-Trudeau: plus de 80 vols perturbés

La plupart des appareils qui sont restés cloués... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

La plupart des appareils qui sont restés cloués au sol à Montréal devaient s'envoler pour Toronto, Chicago et New York. Les avions qui n'ont pu atterrir dans la métropole provenaient également de ces trois destinations.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Dure journée pour les voyageurs à travers le pays. La fermeture momentanée ce matin de l'Aéroport Pearson à Toronto ainsi que les conditions météorologiques difficiles qui frappent les États-Unis perturbent également les activités des passagers à Montréal-Trudeau, où plus d'un 80 de vols - 48 départs et 41 arrivées- ont été annulés depuis ce matin.

Consultez l'état des vols à l'aéroport Montréal-Trudeau >>

La plupart des appareils qui sont restés cloués au sol montréalais devaient s'envoler pour Toronto, Chicago et New York. Les avions qui n'ont pu atterrir dans la métropole provenaient également de ces trois destinations.À Montréal-Trudeau, le porte-parole de l'aéroport, François-Nicolas Asselin a toutefois tenu à assurer que la situation était sous contrôle et que tous les vols en direction d'autres destinations - sans correspondance dans ces villes - sont maintenus.

Du côté d'Ottawa, les voyageurs ont également été contraints de prendre leur mal en patience, puisque plus d'une vingtaine de vols ont également été annulés à l'Aéroport international. 

Recours pour les voyageurs

Les passagers qui craignent de ne pas pouvoir décoller comme prévu ou ceux qui sont pris en «otage» dans les différents aéroports du pays n'ont d'autre choix que de s'informer auprès de leur compagnie aérienne afin de savoir quelles solutions s'offrent à eux. Celle-ci n'a toutefois aucune obligation de dédommager les voyageurs pour les frais de restauration et d'hébergement liés à un retard ou une annulation. Les passagers forcés de passer la nuit à l'hôtel en espérant attraper un autre vol pourraient donc être forcés de mettre la main dans leur poche. «Le transporteur a une obligation de vous emmener d'un point A à un point B, dans les meilleures conditions possibles, explique Jean Jacques Préaux, porte-parole de l'Office de la protection du consommateur. Le reste, c'est selon la bonne volonté de la compagnie.

M. Préaux invite toutefois les voyageurs à conserver leurs reçus. Ceux qui se sont procurés leur billet ou leur forfait auprès d'une agence de voyages peuvent faire une demande de remboursement auprès du Fonds d'indemnisation des clients des agents de voyages. Certaines cartes de crédit ont également une couverture d'assurance couvrant ce genre de frais. 




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600176:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer