Recherche Voyage

Mauritanie: baisse du prix des visas pour relancer le tourisme

Le désert près de la ville d'Aleg, en... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Le désert près de la ville d'Aleg, en Mauritanie.

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NOUAKCHOTT

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a annoncé la baisse des taxes sur les visas pour favoriser la reprise du tourisme, toujours compromise par les recommandations faites aux voyageurs, notamment français, d'éviter les zones concernées, ont rapporté lundi les médias officiels.

«Pour 2017, nous avons décidé de baisser les taxes du visa touristique de 70% à 80% pour encourager les touristes» à visiter la région d'Atar, principale destination de charters jusqu'en 2011, a déclaré dimanche soir le président Ould Abdel Aziz.

«Ces frais fixés actuellement à 120 euros (170 $) seront ramenés à environ 40 euros (57 $) seulement en réponse à une demande maintes fois exprimée par les promoteurs du tourisme dans notre pays», a expliqué le chef de l'Etat, à l'occasion de la célébration à Atar du 56e anniversaire de l'indépendance.

«La sécurité règne totalement dans le pays», a-t-il assuré.

L'essentiel des touristes qui viennent en Mauritanie sont français ou prennent des circuits touristiques français.

Les zones touristiques, essentiellement dans le nord et le sud-est du pays, frontalier du Mali, ont été classées «zones rouges» par Paris, qui recommande à ses ressortissants de les éviter.

«Le tourisme mauritanien a culminé dans le milieu des années 2000, avec près de 15 000 touristes, et a cessé rapidement après le meurtre de quatre touristes français en 2007 par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi)», selon un document du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). Depuis, l'activité «n'a pu se redresser, les «conseils aux voyageurs» internationaux en cours inhibant toute croissance et tout investissement significatif», selon ce texte publié en juillet.

En octobre, l'ambassade de France avait déconseillé à ses concitoyens vivant en Mauritanie de se déplacer seuls dans certaines zones de Nouakchott après notamment l'agression «crapuleuse» contre une Française qui donnait des cours privés dans les quartiers nord de la capitale.

Ces consignes ont irrité le gouvernement mauritanien, qui les a jugées «inamicales» et a relevé les nombreuses agressions crapuleuses enregistrées chaque mois en France.

Peu auparavant, le 28 octobre, l'ambassade des États-Unis avait fait état d'«informations selon lesquelles des groupes terroristes préparent des attaques contre des lieux où se rassemblent des Américains à Nouakchott».

Lors d'une visite en avril 2015, le ministre français des Finances, Michel Sapin, avait loué» la manière dont la Mauritanie traite, avec efficacité et détermination, ses problèmes de sécurité», rappelant toutefois que l'éventuel retrait du pays des «zones rouges» relevait du ministère des Affaires étrangères.

La Mauritanie, qui a subi beaucoup d'attaques jihadistes dans les années 2000, notamment des attentats et des enlèvements meurtriers, a ensuite combattu les jihadistes avec succès sur son sol, mais aussi par des opérations «préventives» sur le territoire de son voisin malien en 2010 et 2011, selon des spécialistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer