Recherche Voyage

Tomber sous le charme du Maroc

Les ruelles bleues de la médina offrent à... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Les ruelles bleues de la médina offrent à tout moment des scènes pittoresques.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Entre le couru circuit des villes impériales, Casablanca et la populaire station balnéaire Agadir, le Maroc est un pays qui se découvre aussi par des lieux un peu moins fréquentés, mais tout aussi envoûtants.

La beauté de Chefchaouen

Devant ce qui pourrait bien être la plus belle ruelle de la médina de Chefchaouen, des jeunes touristes prennent la pose tour à tour. Il y a de quoi refaire sa photo de profil Facebook ou alimenter son compte Instagram dans cette ville qui propose à tous les détours des ruelles bleutées. Mais la petite ville fondée en 1471 a bien plus à offrir qu'un décor.

Ici, les habitants prennent un soin jaloux de leurs habitations, presque toutes peintes en bleu. Si ce n'était de l'appel à la prière qui résonne cinq fois par jour, la comparaison avec un paysage grec serait aisée.

Au coeur des montagnes du Rif, Chefchaouen attire son lot de touristes, mais contrairement à d'autres villes du Maroc, on déambule ici en paix, sans se faire haranguer par les rabatteurs. Sise au pied du djebel el-Kelaâ, une impressionnante montagne de 1600 mètres, la ville se parcourt en marchant, au gré des découvertes. Sur la grande place Outa el Hammam au centre de la ville, les restaurateurs rivalisent d'astuce pour attirer les gens à leur table, sans trop d'insistance. Quelques ruelles plus loin, un marché: les figues de Barbarie côtoient les olives et quelques lapins dans une cage. Dans un coin, une femme propose ses services de tatoueuse au henné.

La petite ville a pendant longtemps été sur le circuit de touristes qui venaient s'approvisionner en haschich, mais semble s'être assagie, au gré de l'arrivée des touristes internationaux, certes, mais aussi marocains.

Sur la route de notre hôtel, un vieil homme qui tient ce qu'il conviendrait d'appeler au Québec un dépanneur ne se fait pas prier pour raconter le passé plus bohème de la ville, mais se désole : il peine à trouver avec qui fumer aujourd'hui. Reste que Chefchaouen est la porte d'entrée d'une région toujours connue pour sa production de haschich, une activité économique centrale pour cette région, bien qu'illégale et de plus en plus réprimée par le régime.

Découvrir la région à pied

Les amateurs de randonnée seront servis dans cette région montagneuse. Pour une courte marche suivie d'une baignade, c'est à une trentaine de kilomètres de Chefchaouen, vers le parc national de Talassemtane, qu'il faut converger. C'est là que se trouve la grande cascade d'Akchour, que l'on gagne au terme de deux heures de marche. Tout le long du sentier, des bassins invitent à la baignade, et des petits kiosques proposent thé à la menthe et tajines cuits sur le feu.

Où dormir

Chefchaouen se visite en une journée à partir de Fès, mais il vaut la peine d'y dormir une ou plusieurs nuits pour apprécier le calme qui s'y installe une fois la nuit tombée, après que le dernier appel à la prière a résonné à l'unisson à partir des différentes mosquées de la ville.

L'hôtel Dar Echchaouen, situé à quelques pas de la médina, est adossé à la montagne et offre une belle vue sur la ville. Les chambres sont confortables sans être particulièrement marquantes, mais le vrai charme de l'hôtel réside dans sa piscine et l'agréable jardin qui l'entoure.

Chambres à partir de 125 $ la nuit

darechchaouen.com

Les mouettes d'Essaouira sont redoutables et n'hésiteront pas... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Les mouettes d'Essaouira sont redoutables et n'hésiteront pas à venir voler un bout de pain dans votre assiette!

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Côte atlantique

Pour certains, le Maroc évoque surtout le désert. Or, la majorité de la population habite sur ses côtes. Voici trois escales à mettre à son itinéraire sur les côtes de l'océan Atlantique.

Essaouira

La plupart des Marocains vous le diront: il faut aller à Essaouira, cette ville venteuse où la mer n'est jamais bien loin. La ville branchée, qui est l'hôte chaque année du populaire festival Gnaoua de musiques du monde, mérite sans contredit qu'on s'y attarde un peu. La longue plage de sable est prisée de ceux qui pratiquent le kite surf, mais la baignade peut y être dangereuse, vu l'agitation de la mer.

En y allant hors saison, il est possible d'y trouver du calme et de profiter des bonnes tables et des hébergements de choix qu'offre l'endroit.

Une visite au port de pêche d'Essaouira s'impose: le coeur de la ville y bat. Les chats et les mouettes y trouvent eux aussi leur compte...

Huîtres et surf à Oualidia

Oualidia illustre bien ce qui rend le Maroc si intéressant: il est pluriel. Ici, par exemple, on ne s'arrête pas pour la médina: il n'y en a pas. En revanche, la lagune de Oualidia est impressionnante, avec ses eaux peu profondes, qui attirent les masses de touristes marocains l'été. Au large de la lagune, les vagues de l'Atlantique font le bonheur des surfeurs.

L'endroit est un rêve pour quiconque aime les fruits de mer. Oualidia est réputée pour la culture des huîtres, qu'on achète à environ 1 $ pièce dans des caisses posées à l'arrière de scooters et qu'on avale avec un trait de jus de citron. Si l'on s'aventure sur la plage, c'est alors une vaste poissonnerie qu'on découvre. On choisit son poisson, le vendeur l'apprête devant nos yeux et le fait ensuite griller sur du charbon de bois. On mange les pieds dans le sable, avec la vue sur la mer.

Le charme métissé d'Assilah

Petite ville située à un peu moins d'une heure en voiture de Tanger, Assilah attire son lot de touristes européens, qui ne sont qu'à un détroit du Maroc. Fort heureusement, la ville a su garder son charme et son calme.

Il faut dire que ce n'est pas d'hier que cette petite ville fraie avec l'Europe. Les remparts qui entourent la médina ont été construits par les Portugais, qui avaient renommé la ville Arzila. Les rues de la médina sont calmes, une ambiance renforcée par la blancheur des murs.

La longue plage est parfaite pour faire de longues balades ou pour la parcourir à dos de dromadaire.

Les remparts de Chefchaouen ceinturent la vieille ville.... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Les remparts de Chefchaouen ceinturent la vieille ville. Au loin, le djebel el-Kelaâ.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Repères

Il est facile de rejoindre le Maroc de Montréal. Pour sortir des sentiers battus, il vous faudra un peu d'organisation... Voici quelques pistes.

Y aller

De Montréal, deux lignes aériennes desservent sans escale Casablanca: Royal Air Maroc et Air Canada Rouge le font toute l'année. De Casablanca, vous gagnerez la plupart des régions mentionnées dans cet article en combinant le train et les autobus, mais pour s'aventurer dans les plus petites villes, la voiture s'avère pratique, voire indispensable.

Conduire ou pas?

Les autoroutes marocaines relient quelques grandes villes et sont parfois quasi désertes, parce que payantes. Les emprunter est un charme pour les conducteurs, mais le paysage n'est guère intéressant. Pour les éviter, il faut rouler sur des routes à deux voies, où les codes nord-américains ne tiennent plus. Dépasser dans une courbe ? Pour plusieurs conducteurs, la chose ne semble pas poser problème. Mieux vaut avoir le coeur solide pour conduire au Maroc.

La sécurité

Jamais voyage n'aura suscité autant de conseils avisés, tant avant de partir que de la part des Marocains: on dira aux femmes comment s'habiller, à tous de faire attention aux escrocs, à se méfier le soir. Bien entendu, les précautions d'usage sont de mise. Mais ce pays à majorité musulmane a vu passer l'an dernier 10 millions de touristes ; ses habitants ont donc l'habitude de voir des étrangers et les femmes en bikini côtoyer sur les plages les femmes en burkini. Rien, donc, pour s'empêcher d'y aller.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer