• Accueil > 
  • Techno 
  • > Japon: le nouveau chien robot Aibo adopté par ses maîtres 

Japon: le nouveau chien robot Aibo adopté par ses maîtres

Aibo, capable de développer sa propre personnalité et... (AP)

Agrandir

Aibo, capable de développer sa propre personnalité et d'exprimer des émotions, est truffé d'une batterie de capteurs, caméras et micros, et sa connexion internet permet à son propriétaire d'interagir avec lui à distance, via un smartphone.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Tokyo

«Le chien que nous avions est mort, donc nous avons acheté ce robot»: Naohiro Sugimoto, garçonnet de 7 ans, était un des premiers, jeudi à Tokyo, à prendre possession d'Aibo, officiellement lancé par Sony.

Au cours d'une très sérieuse «cérémonie d'anniversaire», des dirigeants du géant japonais de l'électronique ont dévoilé la créature d'un blanc ivoire, précieusement gardée dans un écrin dont elle est sortie en dodelinant de la tête et en remuant la queue, avant de s'étirer comme si elle se réveillait d'une sieste.

Avec ses adorables yeux ronds, le chien robot, haut de 30 centimètres, a rapidement conquis ses maîtres, tels le petit Naohiro qui l'a décrit comme «lourd mais mignon».

Aibo, capable de développer sa propre personnalité et d'exprimer des émotions, est truffé d'une batterie de capteurs, caméras et micros, et sa connexion internet permet à son propriétaire d'interagir avec lui à distance, via un smartphone. Une technologie qui n'est pas à la portée de tous: il faut débourser plus de 288 000 yens (3200$ CAD), via un forfait de trois ans, pour s'offrir sa compagnie.

Sony, qui prévoit de le commercialiser à l'étranger, n'a pas donné de détails ni d'objectifs chiffrés, mais il espère rencontrer le même succès qu'avec son premier Aibo, lancé en juin 1999: les 3000 premières unités s'étaient arrachées en seulement 20 minutes, en dépit d'un prix tout aussi élevé (250 000 yens).

Au total, le groupe en avait vendu plus de 150 000 dans le monde jusqu'en 2006, quand des difficultés financières l'avaient contraint d'arrêter la production.

Yasuyuki Nakamura, 46 ans, un autre heureux possesseur d'Aibo (son troisième chien robot), attendait avec impatience que Sony conçoive une nouvelle version. Parmi les acheteurs, un couple disait avoir décidé cette petite folie pour son 25e anniversaire de mariage.

Il ne faut cependant pas attendre d'Aibo qu'il fasse causette ou vous aide dans vos tâches ménagères, mais là n'est pas sa finalité, insiste Izumi Kawanishi, chargé du projet. «Quand vous achetez un chien, vous ne vous demandez pas ce qu'il est capable de faire, si? L'important, c'est qu'il touche une corde sensible chez les gens», estime-t-il.

Sony, qui a retrouvé le chemin de la croissance sous la houlette de son PDG Kazuo Hirai, renoue ainsi avec la robotique qu'il semblait avoir abandonnée avec l'arrêt du développement d'Aibo il y a plus de dix ans. Il a à cette fin investi en 2016 dans une entreprise américaine, Cogitai, spécialiste de l'intelligence artificielle (AI).




la boite:4391933:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer