• Accueil > 
  • Sports > 
  • Tennis 
  • > Eugenie Bouchard: «Je me suis fait botter le derrière!» 

Eugenie Bouchard: «Je me suis fait botter le derrière!»

Eugenie Bouchard a perdu ses trois matchs du... (Photo Roslan Rahman, AFP)

Agrandir

Eugenie Bouchard a perdu ses trois matchs du tournoi à la ronde du Championnat de la WTA, n'enlevant au total que 11 jeux contre Serena Williams, Simona Halep et Ana Ivanovic.

Photo Roslan Rahman, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis Wimbledon, Eugenie Bouchard présente une fiche de 9 victoires et 10 défaites, avec 5 défaites contre des joueuses classées au-delà du 15e rang. Blessée, épuisée et visiblement aussi un peu démotivée, la Canadienne a marqué le coup après six mois d'euphorie au début de la saison.

Bouchard a subi sa dernière défaite de l'année jeudi à Singapour, s'inclinant 6-1 et 6-1 devant l'Américaine Serena Williams, numéro un mondiale. Elle a donc perdu ses trois matchs du tournoi à la ronde du Championnat de la WTA, n'enlevant au total que 11 jeux contre Williams, Simona Halep et Ana Ivanovic. Aucune autre joueuse n'avait fait aussi mal depuis 10 ans au championnat de fin de saison.

Des raisons de s'inquiéter? «Pas du tout, affirme Louis Borfiga, directeur du développement à Tennis Canada. Eugenie a connu une saison exceptionnelle, mais très longue. Elle était visiblement très fatiguée mentalement et ce tournoi - incontournable, évidemment - était quand même un peu de trop.

«On oublie vite qu'Eugenie est encore toute jeune et qu'elle a tout découvert cette saison au plus haut niveau. Les autres filles ont toutes plusieurs saisons derrière elles, la plupart ont joué plusieurs fois au Championnat et savent comment s'y préparer.

«Ce n'était pas le cas pour Eugenie, qui est arrivée à Singapour un peu blessée et complètement à court de préparation, a rappelé Borfiga. Contre les filles du top 8, ça ne pardonne pas...»

La joueuse de 20 ans l'a d'ailleurs reconnu: «Je jouais aujourd'hui (jeudi) contre la meilleure joueuse du monde et je me suis fait botter le derrière! C'est certain que ma performance de cette semaine me motive à travailler encore plus fort pour m'améliorer.

«Participer à ce tournoi est une expérience très différente comparé aux autres tournois, et j'aimerais avoir la chance de la revivre dans le futur, a souligné Bouchard. Je suis évidemment déçue de mon jeu toute la semaine, mais je sais que je peux faire beaucoup mieux. Je me suis quand même amusée et je crois pouvoir quand même tirer des leçons positives de ma participation au Championnat.»

Les leçons d'une «double» saison

Bouchard restera à Singapour pendant encore quelques jours, puisqu'elle doit participer samedi au dîner de gala de la WTA. Nul doute qu'on lui remémorera alors ses exploits de la saison en Grand Chelem, sa fiche remarquable de 45-23, son premier titre à Nuremberg, ses gains de plus de 3,2 millions.

Les plus critiques lui souligneront toutefois qu'elle présente une fiche de 4-12 contre les autres finalistes à Singapour et qu'elle n'a jamais battu les joueuses du top 3, Williams (0-2), Maria Sharapova (0-3) et Petra Kvitova (0-3).

La «double» saison de Bouchard illustre deux choses: ses résultats de la première moitié de saison montrent qu'elle a le potentiel pour atteindre le premier rang; ceux de la seconde rappellent qu'elle a encore un bon bout de chemin à parcourir.

«Les prochains mois seront vraiment importants pour Eugenie, a souligné Louis Borfiga. Elle devra d'abord récupérer, vraiment, en prenant une pause complète du tennis d'au moins 15 jours afin de recharger ses batteries, aussi bien physiquement que mentalement. Elle devra ensuite reprendre le boulot en se concentrant surtout sur sa préparation physique, puis en réintégrant graduellement le tennis.»

Borfiga a aussi noté qu'elle devrait travailler certains aspects de son jeu, le service en particulier. Jeudi, les deuxièmes balles de Serena Williams étaient plus rapides que les premières de Bouchard et toutes les rivales de la Canadienne ont mieux servi qu'elles à Singapour, même la menue Simona Halep, dont ce n'est pas le point fort.

L'entraîneur de Bouchard, Nick Saviano, rappelait avant le tournoi que les meilleures joueuses excellaient au retour de service, et la Canadienne a malheureusement cédé 14 bris en trois matchs du Championnat. «À moins de s'appeler Serena, il faut se préparer à la "tempête", vite reprendre sa position afin d'absorber le gros coup qui s'en vient après votre service. Eugenie est elle-même très bonne au retour, même si elle devra travailler pour améliorer encore ce coup et tous les autres...»

Ce n'est qu'à ce prix que la Canadienne pourra espérer répéter ses exploits la saison prochaine.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer