Source ID:9ad3823b-0518-4e05-9233-276e6bd4a63f; App Source:alfamedia

Une première femme avec l'Académie de l'Impact

Montserrat Flores Maso, 26 ans, est récemment devenue... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Montserrat Flores Maso, 26 ans, est récemment devenue la première femme à se joindre au personnel technique de l'Académie de l'Impact.

Photo Bernard Brault, La Presse

Montserrat Flores Maso, 26 ans, est récemment devenue éducatrice adjointe au sein de l'équipe des U-8

Plus jeune, lorsqu'elle vivait au Mexique, Montserrat Flores Maso était du genre à jouer « avec ses poupées ou à la Barbie ». Le ballon de soccer dans lequel tapaient ses frères et ses cousins ? Elle en avait tout simplement peur.

Avec sa famille, elle émigre au Canada à l'âge de 10 ans pour un départ à zéro : nouvelle langue, nouvelle culture, nouveaux intérêts. Et, surprise, ce ballon rond, tant redouté, devient un ami au fil des années. Un très bon ami, même, qui lui permet aujourd'hui d'occuper le rôle d'éducatrice adjointe au sein de l'équipe des U-8 de l'Impact. Elle est la première femme à intégrer le personnel technique de l'Académie. 

« L'ouverture d'esprit de l'Académie est magnifique car c'est eux qui ont ouvert la porte en premier. J'ouvre aussi une porte pour les autres femmes, mais c'est plus en tant que modèle, distingue-t-elle. Je dois bien faire pour que les autres femmes et les jeunes coachs se disent que c'est possible et que, en continuant à travailler, elles peuvent atteindre leurs objectifs. Parfois, on se met nous-mêmes des bâtons dans les roues en disant : "Oh, c'est trop compliqué, ça n'a jamais été fait." »

Depuis le début du mois de juin, la jeune femme de 26 ans se rend au Centre Nutrilait deux soirs par semaine pour des séances d'entraînement aux côtés de l'éducateur Robert Rositoiu. Un match a également lieu les fins de semaine. Parallèlement, elle travaille à temps plein à l'association régionale (ARS) du Lac-Saint-Louis en tant que responsable du secteur féminin, mais aussi comme coordonnatrice au programme d'identification.

Vient rapidement la grande question : comment évoluer et prendre sa place dans un milieu encore très majoritairement masculin ? « Que ce soit au Lac-Saint-Louis ou chez l'Impact, la collaboration homme-femme est très ouverte. »

« C'est plus par le passé que j'ai eu des remarques, mais de façon indirecte. J'étais plus jeune et moins expérimentée. Mais là, je sens qu'on me donne ma place et je suis capable de parler haut et fort sans me mordre les doigts par la suite. »

UNE DÉCENNIE D'EXPÉRIENCE

Flores Maso possède une bonne décennie d'expérience comme joueuse et comme entraîneuse. Le premier pas a été franchi, à l'école secondaire, lorsque son frère lui a proposé de s'inscrire au soccer. « On était des ados et je voulais me rapprocher de lui. Dès mon premier entraînement, j'ai aimé le sport en tant que tel. Je comprenais ce qu'il fallait faire et c'est venu naturellement. »

Très rapidement, elle s'est retrouvée sur le banc, soit celui du club Rosemont-La Petite-Patrie, où elle gérait les U-4. C'est le coup de foudre. « Je suis tombée en amour avec la pédagogie. J'ai vraiment aimé enseigner à un groupe et voir les progrès de chacun. À l'époque, je voulais être enseignante et j'aimais déjà être avec des enfants. Le mélange s'est fait naturellement. »

Finalement, elle ne s'est pas engagée dans la voie de l'enseignement, mais plutôt en kinésiologie. La passion du soccer ne s'est par contre jamais estompée. Elle a ainsi occupé divers rôles au sein de l'ARS Concordia où elle a croisé sa « mentore » Lyne Beauregard, dont elle vante le « niveau d'énergie, le dynamisme et les connaissances sur le terrain ». Au Lac-Saint-Louis, elle dit s'appuyer sur le directeur technique régional Patrick Viollat et apprendre de sa façon d'« intégrer ses pratiques de jeu dans son enseignement ». 

Mais rien ne vaut l'expérience sur le terrain, où chaque séance est l'occasion d'apprendre. Son arrivée dans la Pré-Académie de l'Impact a, par exemple, nécessité une certaine période d'adaptation.

« Dans les dernières années, j'étais plutôt habituée à entraîner des adolescents. Là, je dois modifier le langage que j'utilise, être plus claire et précise pour les consignes. »

« Mais c'est toujours un plaisir d'y aller. J'ai été très bien accueillie par le personnel déjà en place et on forme une super belle équipe avec le coach Robert.

« Je me sens encore en phase d'apprentissage en tant qu'entraîneure. Mon objectif premier est de développer mon expertise et de devenir meilleure. Par la suite, ce serait d'aspirer à apporter mon expertise au plus haut niveau. Au bout du compte, c'est le haut niveau que je vise. »

Montserrat Flores Maso n'a apparemment pas fini d'ouvrir des portes.




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer