L'Impact limite la casse

Alphonso Davies, des Whitecaps de Vancouver, a célébré... (Photo Darryl Dyck, PC)

Agrandir

Alphonso Davies, des Whitecaps de Vancouver, a célébré son but avec son coéquipier Nicolas Mezquida.

Photo Darryl Dyck, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Encore auteur d'un match très inégal, l'Impact a limité les dégâts sur le terrain des Whitecaps de Vancouver, hier soir, en demi-finale du Championnat canadien. Mené 2 à 0 au terme d'une première mi-temps particulièrement insipide, le bleu-blanc-noir est ensuite parvenu à inscrire le fameux but à l'extérieur par l'intermédiaire de David Choinière (62e).

Mardi, au stade Saputo, l'Impact pourra se qualifier en l'emportant 1 à 0. Une victoire par deux buts serait nécessaire si les Whitecaps faisaient trembler les filets tandis qu'un gain de 2 à 1 entraînerait des prolongations.

Pour sa première titularisation de la saison, Choinière, âgé de 20 ans, est donc celui qui a permis à l'Impact de quitter Vancouver avec un peu plus de sérénité. La situation aurait pu être encore plus favorable après un changement de scénario total, en deuxième mi-temps. Patrice Bernier a notamment vu son penalty être repoussé par Spencer Richey (73e). Anthony Jackson-Hamel, quant à lui, a raté une occasion en or après un tir de Chris Duvall (68e) qui a frappé le poteau. L'Impact a totalement dominé son rival de l'Ouest en fin de rencontre.

Déception? Peut-être, mais l'Impact, sur l'ensemble du match, revient surtout de très loin. Les 45 premières minutes, par exemple, laisseront le souvenir d'une période où l'Impact a tout fait à l'envers. 

Une succession d'erreurs individuelles a mené à l'ouverture du score par l'intermédiaire d'Alphonso Davies, gagnant de son duel face à Maxime Crépeau (13e). Ce même Davies a ensuite joué un rôle essentiel sur le deuxième but, marqué par Nicolas Mezquida (33e), grâce à un slalom au sein de la défense montréalaise.

À la peine défensivement, le onze montréalais n'a pas pu compenser avec le ballon. Le manque d'automatismes était évident, mais c'est surtout le moteur de l'équipe, soit le milieu composé d'Hernan Bernardello, d'Adrian Arregui et de Calum Mallace, qui n'a jamais su apposer sa griffe sur le match. En 45 minutes, l'Impact n'a cadré qu'un seul tir, soit une frappe sans conviction de Dominic Oduro (23e). Si Mauro Biello envisageait ce match comme un test de sa profondeur, force est d'admettre que le résultat a été bien inquiétant à ce niveau.

Comme bien souvent cette saison, l'entraîneur-chef montréalais a été contraint de corriger la situation en deuxième mi-temps avec un double changement. L'entrée de Bernier, aux côtés de Bernardello, a donné un peu d'air en milieu de terrain. Celle de Jackson-Hamel a permis de décaler Oduro sur le côté droit et de replacer Ballou Jean-Yves Tabla dans l'axe. Le jeu en remise de Jackson-Hamel a été précieux, notamment sur le but de Choinière, véritable source d'espoir. Les percées de Ballou ont aussi inquiété les Whitecaps et même mené au penalty raté par le capitaine.

Ottawa surprend Toronto

À l'issue de l'autre match de la soirée, le Fury d'Ottawa (USL) peut encore rêver à une première présence en finale après avoir vaincu le Toronto FC par la marque de 2 à 1. Menés à la mi-temps, les Ottaviens ont renversé la vapeur grâce à des buts de Ryan Williams, sur penalty, et de Sito Seoane. Ce match retour aura lieu le mercredi 31 mai au BMO Field de Toronto.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer