FIFA: Platini a demandé à Blatter de démissionner

Le président de l'UEFA, Michel Platini.... (Photo Ruben Sprich, archives Reuters)

Agrandir

Le président de l'UEFA, Michel Platini.

Photo Ruben Sprich, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Zurich, Suisse

Michel Platini, président de l'UEFA, a indiqué avoir demandé à Joseph Blatter, président de la FIFA, «de démissionner», jeudi, lors d'une réunion des présidents de Confédérations à la veille de l'élection présidentielle à la FIFA à Zurich.

«Je lui ai demandé de démissionner, assez c'est assez. Sepp Blatter m'a écouté, mais il m'a dit "c'est trop tard"», a expliqué à la presse Platini, qui a appelé à voter pour son rival le prince jordanien Ali Bin Hussein.

Platini, qui s'est dit «dépité, écoeuré» par la situation à la FIFA, a souligné que «changer de président, était la seule façon de changer la FIFA».

Il a assuré qu'«une très grande majorité des fédérations européennes va voter Ali» vendredi à l'élection présidentielle. L'ancien triple Ballon d'Or, qui a aussi appelé les autres fédérations (non européennes) à voter pour le Jordanien, pense que Blatter «peut être battu».

«Avant les évènements de cette semaine, peut-être pas, mais maintenant avec ce qui s'est passé, je pense que Blatter peut être battu», a souligné l'ancien meneur des Bleus.

«D'un côté, il y a le foot, ça s'appelle l'UEFA, de l'autre, j'ai mal au ventre quand ça arrive, il y a des problèmes à la FIFA», a-t-il poursuivi.

«La FIFA, c'est la maison mère, où tous les règlements sont faits. Comment voulez-vous que les fans du monde entier respectent les statuts de la FIFA si les gens qui les font ne sont pas respectables?», a ajouté le patron du foot européen.

Par ailleurs, l'Anglais David Gill, membre de l'UEFA, a indiqué que si Blatter était réélu vendredi, il ne prendrait pas son futur siège de vice-président de la FIFA en signe de protestation.

«Nous aurons une réunion entre Européens, à Berlin, dans le cadre de la finale de la Ligue des champions le 6 juin, pour voir si d'autres (au sein de l'UEFA) que David Gill ne veulent pas siéger aux côtés de Blatter s'il est réélu, mais ça, je ne le souhaite pas, mais je suis à leur écoute», a développé Platini. «Et d'ailleurs, je dis à David Gill: "attends le 6 juin"».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer