• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > Blatter parle d'avertissement après les incidents de São Paulo 

Blatter parle d'avertissement après les incidents de São Paulo

Le président de la FIFA, Sepp Blatter.... (Photo: Reuters)

Agrandir

Le président de la FIFA, Sepp Blatter.

Photo: Reuters

Partager

Sur le même thème

Peter Hutchison
Agence France-Presse
Tokyo

Le président de la FIFA Sepp Blatter a qualifié samedi les incidents qui ont émaillé la finale de la Coupe sud-américaine à São Paulo «d'avertissement», à dix-huit mois du Mondial-2014 au Brésil.

«Ce qui s'est passé est un avertissement pour les organisateurs de la Coupe du monde», a-t-il jugé, trois jours après les incidents qui ont conduit à l'arrêt, à la mi-temps, de la finale de la Coupe sud-américaine, l'équivalent de l'Europa League, entre les Argentins de Tigre et les Brésiliens de São Paulo: bagarre dans les vestiaires, police brésilienne accusée de violences; joueurs de Tigre refusant de revenir sur le terrain. Les Brésiliens l'ont emporté 2-0, score acquis en première période.

Le président de la FIFA, qui s'exprimait à Tokyo à la veille de la finale du Mondial des clubs entre Chelsea et Corinthians au Japon, a cependant souligné que la sécurité dans les stades «était une prérogative de la police ou de l'armée».

«C'est dommage de ne pas pouvoir jouer la seconde mi-temps d'un match, quelles qu'en soient les raisons, mais ça peut arriver parfois dans le football», a-t-il ajouté.

«Le football n'est pas à l'origine de la violence. L'origine de la violence se trouve dans notre société. Vous pouvez regarder l'histoire de l'humanité et vous verrez que la violence existait avant le football», a-t-il souligné.

La technologie, «ça marche»

Par ailleurs, à la veille de ce Chelsea-Corinthians, Blatter s'est félicité de l'usage de la technologie de la ligne de but, testée au Mondial des clubs au Japon.

«Jusqu'à présent nous pouvons simplement dire que ça marche», a-t-il déclaré, tout en reconnaissant ne pas avoir assisté à des «situations litigieuses», où le système aurait permis au corps arbitral de dire si le ballon a franchi ou non la ligne de but.

Le patron du football mondial a cependant affirmé que «les arbitres étaient satisfaits d'avoir cette assistance, car ils savent maintenant qu'en cas de situation litigieuse il leur est possible de dire avec certitude si le but est valable ou non».

La FIFA a choisi ce Mondial des clubs pour une première expérimentation de cette technologie en compétition internationale. Deux systèmes y sont testés et convoitent ce prestigieux marché: GoalRef, qui utilise un champ magnétique et un ballon spécial, et Hawk-Eye, basé sur l'emploi de caméras comme au tennis.

GoalRef sera installé pour la finale, dimanche à Yokohama, ainsi que lors du match pour la 3e place. Les tests de Hawk-Eye, eux, ont pris fin mercredi.

L'un des deux systèmes devrait être choisi pour opérer à la Coupe des Confédérations, en juin au Brésil, un an avant la Coupe du monde 2014.

Sur le dossier du football indonésien, où coexistent deux championnats rivaux, Blatter a qualifié de «cadeau de Noël» la décision de la FIFA de ne pas appliquer de sanctions, et a exhorté les dirigeants «à remettre de l'ordre dans la maison». Vendredi, la FIFA avait accordé un délai de trois mois à Djakarta pour régler cette crise interne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer